Disparu ! de Sylvain Venayre | par Christophe Voilliot

18 novembre 2012
Par

Sylvain VENAYRE,  Disparu ! Enquête sur Sylvain Venayre, Paris, Les Belles Lettres, 2012, 220 p. 19,50 euros.

Que dire de l’HDR à ceux qui la redoutent comme à ceux qui s’en moquent éperdument[1]? Plusieurs parutions récentes nous offrent des éléments de réponse, des plus didactiques[2] aux plus réflexifs[3]. C’est d’ailleurs une des propriétés des rites d’institution que de susciter à la fois des réflexions pratiques, à destination des aspirants, et des considérations plus poétiques, de la part de ceux qui sortent grandis de l’épreuve. Le livre de Sylvain Venayre, nonobstant son caractère inquiétant[4], appartient au second genre. Un tel livre ne peut être que brillant, il l’est, et agréable à lire, il l’est aussi. Sa trame policière interdit malheureusement d’en résumer le contenu comme il est de coutume de procéder pour des publications à caractère savant. Pour ne pas révéler ce que Sylvain Venayre tient à dissimuler le temps d’un livre, l’auteur de ces lignes est donc condamné à se lancer à corps perdu dans l’abîme de la digression. Je peux néanmoins faire état de circonstances atténuantes : comme tout bourguignon qui se respecte, je hais positivement les voyages qui nous éloignent de nos vignes et des caves qui en conservent les fruits. Je n’ai donc jusqu’à présent accordé qu’une attention discrète aux travaux de Sylvain Venayre sur le sujet et je n’ai jamais eu l’occasion de le rencontrer. Par conséquent, la nouvelle de sa disparition ne m’avait pas inquiété outre-mesure et ce n’est que la force de l’écrit qui me l’a rendue insupportable. Cette disparition est semble-t-il imputable aux « spirales » dans lesquelles progresse aujourd’hui la recherche historique. C’est en tout cas ce que suggère le quatrième de couverture du livre. Nous mesurons encore mal il est vrai les effets de ces injonctions permanentes à l’auto-analyse et à l’auto-évaluation, notamment des perturbations qu’elles sont susceptibles d’occasionner dans l’ordre spatio-temporel. L’hypothèse que je souhaiterais ici défendre, fort de mon inculture scientifique, est la suivante : il existe sans doute des mondes parallèles dans lesquels sont engloutis tous ceux qui prennent un peu trop au sérieux l’arrêté ministériel du 23 novembre 1988 relatif à l’habilitation à diriger des recherches. Merci donc à Sylvain Venayre de nous offrir les moyens de conjurer ce mal : l’humour discrètement teinté d’érudition et d’amour du métier d’historien.

Christophe Voilliot

 



[1] Les statisticiens de toute obédience s’accordent pour considérer que les seconds sont beaucoup plus nombreux que les premiers, mais s’avèrent incapables d’expliquer le phénomène.

[2] Éric Pichet, L’art de l’HDR. Réussir l’habilitation à diriger des recherches en sciences sociales, Chatou, Les Éditions du siècle, 2011.

[3] Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

[4] Toute personne susceptible de faire état de renseignements au sujet de cette disparition est priée de la faire à l’adresse suivante : rh19@revues.org


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : contributions, parutions

Les commentaires sont fermés.