Hokusai | Musée Guimet

15 novembre 2012
Par

Hokusai| Musée Guimet
jusqu’au 10 décembre

Dossier de presse :
Une quarantaine d’œuvres d’Hokusai  (peintures, estampes et dessins), dont la célèbre Sous la grande vague, sont exceptionnellement présentées au public pour trois mois jusqu’au 10 décembre 2012.
Artiste protéiforme à la personnalité extravagante, Hokusai créateur audacieux qui changea de signature une cinquantaine de fois, laissa une œuvre à la fois foisonnante et variée dont Sous la grande vague au large de la côte à Kanagawa est sans doute le plus célèbre exemple en Occident.
Cette œuvre exceptionnelle, exposée à l’occasion de cette présentation, ouvre la série des 46 estampes consacrées au Fuji réalisées par Katsushika Hokusai (1760-1849), peintre, dessinateur, graveur et auteur de traités techniques et esthétiques. Editées entre 1831 et 1833, ces estampes  figurent le Mont Fuji depuis différents lieux, suivant les saisons. Cette série des 36 vues du Mont Fuji entièrement consacrées au paysage et dont le thème central illustre le rapport entre l’homme et la nature, réalisée en grand format, révolutionnera l’art de l’estampe au dix-neuvième siècle. Neuf de ces vues sont exposées dans cette présentation.Hokusai fixe un phénomène naturel très bref. Cette représentation d’un instantané, d’une impression fugace est caractéristique de l’ukiyo-e, « images d’un monde éphémère et flottant ». Cette estampe retranscrit la vision littérale et métaphorique mise en évidence par le dynamisme de la composition : l’instant même où la vague menace de déferler sur les embarcations et d’engloutir les vulnérables pêcheurs dont l’existence fragile –parabole de l’humanité-, se trouve soumise au bon vouloir de la nature.
Si la vague s’impose à tous, c’est d’abord par son esthétique. Hokusai y introduit les techniques européennes de la perspective pour rendre la profondeur spatiale. La vague apparaît en gros plan, alors que le volcan semble le minuscule témoin d’une scène où des pêcheurs risquent de sombrer dans une mer déchaînée dont la silhouette fragmentée au sommet en une multitude de vaguelettes, semblables à des griffes de dragons menaçantes, communique l’énergie créatrice de l’artiste…
Résolument novatrice, l’œuvre de Hokusai s’avéra également être une source d’inspiration très importante pour les peintres occidentaux japonisants du XIXème siècle. Nombre d’entre eux firent même parfois collection de ses estampes : Van Gogh, Monet, Degas, Renoir, Pissaro, Klimt. Il influencera de nombreux poètes et musiciens : Sous la grande vague constituera une des plus grandes sources d’inspiration de Debussy pour composer La Mer.
Egalement exposé, le Guerrier sur un cheval cabré, daté vers 1830, compte au nombre de ces chefs-d’œuvre de l’art graphique universel ; l’esquisse, campée à l’encre de Chine sur papier fin doublé,  réunit l’intense énergie du trait de pinceau, et la quête minutieuse, patiente, d’une rare  justesse formelle. Témoignant de l’acuité du regard de l’artiste et de son talent exceptionnel de dessinateur, il fait partie d’un ensemble rare d’esquisses  et de dessins préparatoires conservés au musée Guimet, parfois issus des collections parisiennes les plus anciennes.
Depuis la grande rétrospective que le musée Guimet avait consacré à HOKUSAI « l’affolé de son art » d’Edmond de Goncourt à Norbert Lagane, présentée du 21 mai au 4 août 2008, ces œuvres rares et précieuses étaient retournées en réserves en raison de leur grande fragilité et de leur prêt à d’autres musées.

Des ouvrages d’Hokusai à feuilleter sur Gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000288q/f4.planchecontact

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500878v.r=hokusai.langFR


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : expositions

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche