Université populaire, « Exporter la Révolution : 1848/1917 », 6 février 2018

Nous avons le plaisir d’annoncer une nouvelle séance de l’Université populaire « Révolution et émancipation » :

6 février 2018 : « Exporter la Révolution : 1848/1917 »

Sylvie Aprile (autour de 1848) et Emilia Koustova (révolution de 1917), séance animée par Quentin Deluermoz

De 18h30 à 20h30
à la Mairie du 18e arrondissement à Paris

Une révolution ou un mouvement révolutionnaire est le plus souvent mû par un projet de transformation du monde tel qu’il est. Aussi, lorsqu’elle réussit, une fois le régime précédent déchu et les révolutionnaires installés au pouvoir, paraît-il nécessaire à ces derniers d’exporter la révolution : pour en entretenir la dynamique propre, ou bien pour provoquer, par effet d’enchaînement, une transformation qui serait d’ampleur mondiale.

Comment les révolutionnaires combinent-ils l’exceptionnalisme généralement conféré à « leur » révolution et sa possibilité de diffusion ? Par quels moyens, organisés ou de fortune (réseaux, migrations, journaux, correspondants) tentent-ils d’exporter leurs idées révolutionnaires ? Quels contacts, rejets et métissages s’opèrent sur ces autres terrains ? Quelle place occupent notamment, aux XIXe et XXe siècle, les colonies et espaces impériaux dans ces jeux de transferts ? 

 

Sylvie Aprile, historienne du 19e siècle, est spécialiste d’histoire sociale et politique de la France et de l’Europe, notamment des expériences de l’exil et des révolutions du siècle, en particulier de 1848. Auteure de La Révolution inachevée 1815/1870, Paris, Belin, 2010 ; et Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010.

Emilia Koustova, historienne du 20e siècle, est spécialiste de la Russie soviétique, notamment de ses rituels politiques, des déportations staliniennes et des politiques de l’histoire dans la Russie contemporaine. Elle a récemment codirigé avec J.-F. Fayet, V. Gorin et G. Haver Le spectacle de la Révolution. La culture visuelle des commémorations d’Octobre, Lausanne, Antipodes, 2017.