Emile Friant. Le dernier naturaliste?

Du 4 novembre 2016 au 27 février 2017
Musée des Beaux-arts de Nancy

emile_friant-les_amoureux-musee_des_beaux-arts_de_nancyÉmile Friant (1863 – 1932) commence sa formation à Nancy avant de rejoindre l’École des Beaux-Arts de Paris où il sera l’élève de Cabanel. Très vite remarqué, il devient second Prix de Rome à vingt ans. Quelques années plus tard, il triomphe au Salon de 1889 avec sa célèbre toile La Toussaint qui reçoit la même année la médaille d’or à l’Exposition universelle avant d’être achetée par l’Etat pour le musée du Luxembourg. Cette consécration constitue le prélude d’une longue carrière qui sera jalonnée de succès et de titres officiels jusqu’à son élection à l’Académie des Beaux-Arts en 1923. L’artiste ne s’est enfermé ni dans le réalisme, ni dans un art pompier et l’exposition se propose de montrer la complexité de son œuvre. Influencé à ses débuts par Bastien-Lepage, Friant est attiré par

les scènes de la vie quotidienne propres au naturalisme. Excellent dessinateur, il privilégie l’observation à l’imaginaire donnant parfois à ses portraits un ren du quasi photographique, alors que ses arrière-plans ne sont pas sans rappeler la manière des impressionnistes. Comme nombre de ses contemporains, il céda aussi à l’appel des voyages, effectuant des séjours en Tunisie, en Algérie et en Europe, notamment en Espagne, en Italie et aux Pays-Bas. L’exposition du Musée des Beaux-Arts de Nancy propose de redécouvrir ce génie lorrain, auquel il n’avait pas consacré de rétrospective depuis 1988. Elle rassemble plus de 200 œuvres
provenant de nombreuses collections privées mais aussi d’institutions publiques françaises telles que le musée d’Orsay, le musée Fabre de Montpellier, l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, le musée de la Comédie française… et d’institutions étrangères. Certaines œuvres importantes sont présentées pour la
première fois au public.