Appel à publication – Le portrait au XIXe siècle, revue Romantisme

Appel à publication : « Le portrait au XIXe siècle », revue Romantisme (n°2, 2017)

  • Date limite : 30 juin 2016
  • Date de remise des textes : 31 décembre 2016

De nombreuses publications, sous la forme de monographies, d’essais, de recueils collectifs, de numéros de revue mais aussi de catalogues d’exposition, sont venues ces dernières années rappeler et illustrer à la fois l’abondance et la diversité de la pratique portraitiste au XIXe siècle, en littérature, dans le discours critique, dans la presse alors en pleine expansion, ainsi que dans les arts plastiques et dans la photographie. Toutes ces études ont donné raison à ceux qui considèrent, à l’instar d’Hélène Dufour, que, « plus que d’autres, le XIXe siècle aurait droit au titre de “siècle des portraits” ».

C’est encore ce que prétend montrer l’édition 2016 du « Festival Normandie Impressionniste » en mettant à l’honneur le genre du portrait : les organisateurs entendent faire redécouvrir que les impressionnistes, en général plutôt taxés d’indifférence à l’égard de leurs modèles, ont été « des rois de la figure », qui ont su « renouveler le genre du portrait » et offrir, à travers leur riche galerie de visages, un témoignage d’importance sur la « grande » comme sur « la petite histoire ». Ils nous invitent ainsi à revoir l’histoire du portrait peint à un moment critique de son évolution marqué par la concurrence de la photographie.

Cette enquête sur le devenir du portrait peint, dont on a par exemple noté le glissement vers la scène de genre, voire la « dissolution » dans ce type de représentation, gagnerait sans nul doute à être prolongée et à s’accompagner d’une étude précise de sa réception, à travers les recensions d’exposition, les pratiques de collection, mais aussi en prêtant attention, lorsqu’elle est connue, à la réaction des commanditaires ou des modèles, car elle rend compte des attentes par rapport à la représentation de la figure humaine, des critères d’évaluation en cours, et a également le mérite de rappeler la nature relationnelle du portrait, qui est toujours « l’histoire d’une rencontre ». C’est aussi pourquoi l’on s’est récemment intéressé aux rituels qu’étaient devenues les séances de pose et de prises de vue et à leur exploitation dans la presse et dans la littérature.

Le portrait littéraire a pour sa part bénéficié du développement des études sur la poétique de la description à partir des années 1980 : on s’est employé à analyser les techniques de représentation du réel, les modalités de l’intégration narrative des morceaux descriptifs, leurs fonctions dans l’économie du récit, les compétences spécifiques de lecture requises, mais en privilégiant le domaine réaliste et naturaliste, et en s’en tenant pour l’essentiel au corpus romanesque. Cette restriction trouve incontestablement sa légitimation dans la prééminence du descriptif au sein d’une littérature qui s’est donnée pour ambition l’observation et la connaissance du réel. Mais elle a eu pour effet néfaste de faire coïncider la définition de la description, et du portrait en particulier, avec un type possible de leur réalisation qui correspondait aux exigences du projet réaliste, et donc d’occulter et de discréditer des pratiques différentes de figuration de la réalité humaine. Sans doute est-il temps de s’apercevoir que l’on n’a pas commencé à savoir décrire l’homme seulement à partir du roman qui naît dans le sillage de Balzac. Qu’en est-il du portrait dans d’autres esthétiques et dans d’autres genres littéraires, comme la poésie et surtout le théâtre, où la critique a peu interrogé les modalités de sa présence ou les raisons (structurelles ? conjoncturelles ?) de sa moindre fréquence ? Quelle place est encore faite au portrait, et dans quel but, dans l’écriture de l’Histoire alors en pleine reconfiguration ? Quels liens tisser entre la pratique historique et la pratique fictionnelle du portrait dans un siècle qui voit le triomphe de genres hybrides comme le roman historique ? À l’heure où se multiplient les travaux sur la théorie des émotions, sur leur production et sur leur exploitation par les arts, il importe également de dégager le portrait de l’approche formaliste qui a longtemps prédominé et qui a conduit à ne plus faire la distinction entre la description d’un inanimé et celle d’un être vivant. Il convient au contraire de prendre en compte la spécificité du portrait qui s’attache à rendre la singularité d’un individu, la richesse expressive d’un visage qui reflète une vie intérieure et qui raconte à sa façon une existence. Il est nécessaire de revenir à l’effet recherché par le portrait, qui n’est pas seulement présentation, aussi ressemblante et détaillée que possible, d’une personne, mais bien plutôt mise en scène d’une apparition, d’une révélation, au fort retentissement émotionnel. Cela implique notamment de continuer à penser ensemble portraits écrits et portraits peints, sculptés ou photographiques, car dans un siècle déjà saturé d’images où la rivalité entre littérature et arts ne se laisse jamais oublier, le défi pour l’écrivain reste de faire image, de parvenir à récupérer un peu de son énergie, de cette illusion de présence, de cette force agissante dont Horst Bredekamp vient de développer la théorie. La prise en compte de cette interaction est nécessaire pour éclairer le débat, précisément ranimé par la concurrence du portrait peint et de la photographie, opposant, peut-être de façon trop abrupte, la vocation mimétique du portrait et le besoin ressenti d’idéaliser le modèle, de faire appel à l’imagination pour atteindre la vérité de son être.

On ne saurait néanmoins oublier que le portrait s’est imposé au XIXe siècle parce que, cessant d’être seulement un divertissement mondain ou un ornement descriptif, il est apparu comme un instrument efficace de savoir permettant de progresser dans la connaissance de l’homme, de son caractère, de ses mœurs au sein d’une société dont on se préoccupe de plus en plus de cerner l’identité collective. Ainsi s’explique le succès de la « science de l’observation » qu’est la physiognomonie, dont on a noté l’infléchissement vers le déchiffrement social, notamment sous la plume de Balzac, qui aurait porté à sa perfection l’art du portraitiste herméneute chargé de faire parler les corps en leur restituant leur signification sociale et politique. On sait par ailleurs combien les autorités policières ont trouvé dans le portrait d’abord écrit, puis dessiné et photographique, un outil efficace d’identification des citoyens et surtout de signalement des criminels recherchés. On a plus généralement insisté sur le « désir signalétique » qu’aurait satisfait le recours abondant aux portraits insérés dans la littérature et dans la presse à une époque qui éprouve le besoin urgent de cartographier une société mêlée, en mouvement, dans laquelle les repères se sont brouillés. Ces travaux sur la fonction d’élucidation sociale du portrait méritent d’autant plus d’être prolongés qu’ils vont au cœur de la démarche portraitiste en interrogeant sa logique métonymique et par conséquent le processus de typification qui permet d’articuler l’individuel et le collectif. On pourra donc continuer à se demander comment a été relevé le défi de combiner la saisie de la singularité individuelle, qui définit le portrait, au souci de le doter d’une portée emblématique. Cela revient à observer la construction, par le biais du portrait et des panthéons qu’il dessine et désigne, en donnant à voir les grands hommes du jour, d’un imaginaire social, voire national, structuré autour de poses et de postures appelées à être largement diffusées, dont les enjeux politiques et idéologiques appellent le commentaire. Cela suppose plus spécifiquement de montrer comment le portrait, dans ses diverses déclinaisons, comme le portrait-carte, dont la mode a profondément renouvelé les modalités de l’échange social, a pu devenir un instrument de la valorisation sociale et symbolique de certaines classes ou de certaines corporations : la bourgeoisie montante, bien sûr, mais aussi par exemple les écrivains, les artistes, les journalistes, dont la surreprésentation dans les portraits, médiatiques notamment, contribue à assurer la notoriété.

Précisément parce qu’il est le reflet des mutations politiques et socio-économiques en cours, on ne s’étonnera pas que le portrait ait été la cible privilégiée de tous ceux qu’exaspère l’entrée dans une modernité que sa production en masse et sa diffusion médiatique contribue à identifier avec l’émergence de la démocratie, l’accélération de la standardisation et la tyrannie de l’actualité. Certes, en littérature comme en arts, le genre du portrait a toujours eu ses détracteurs, mais l’on sera sensible à la véhémence des protestations contre l’invasion des portraits analysée comme une pathologie sociale, indice pour certains d’une déchéance individuelle et collective dont les répercussions débordent le domaine artistique.

Au croisement de l’histoire de la littérature et des arts, des sciences de la communication et de la sociologie, il s’agira ainsi de prendre la mesure des enjeux, esthétiques, sociaux, politiques, médiatiques, du portrait dans un siècle qui en assure le triomphe, non sans réserve.

Les propositions de communications (avec titre et résumé) doivent être envoyées à Fabienne Bercegol (fabienne.bercegol@univ-tlse2.fr) avant le 30 juin 2016. Les articles devront être remis pour le 31 décembre 2016 (30 000 signes espaces comprises) assorti d’un résumé de 800 signes en français.

« Le portrait », Romantisme, 2, 2017, sous la responsabilité de Fabienne Bercegol

Site de la revue : http://etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr/appelsromantisme.html