Du sel au pixel

Du 2 novembre 2016 au 5 février 2017, au Musée des Beaux-Arts de Lille.

L’objectif de cette exposition dossier est de faire découvrir un extrait de la collection de photographies conservées dans les collections du musée. A partir de 55 documents, le propos est de montrer les transformations du bâtiment de 1892 à 1990, les collections, et aussi la reproduction d’œuvres à travers différents procédés. Du Sel (d’argent) au Pixel (numérique), découvrez les différentes techniques qui ont fait l’histoire de la photographie.

À l’origine, la constitution de ce fonds photographique est purement documentaire, à but de recherche scientifique ou de comparaison. Ce qui frappe, c’est que ce fonds est marqué d’une particulière unité. Il constitue une formidable manne d’informations visuelles pour l’étude d’un musée français depuis la fin du XIXème siècle. Nous y découvrons tout à la fois la vie d’un musée durant un conflit armé, des reportages systématiques de chantier de rénovation (1932-1337 et 1991-1997), mais également tout le processus de réflexion d’un accrochage des peintures à mi-chemin entre la profusion héritée des XVIIIème et XIXème siècles et la nécessité pédagogique de classement chronologique, par école et par sujets, encore d’actualité de nos jours (1924).

Autrefois, jamais la photographie n’a été acquise pour elle-même en tant qu’œuvre d’art. Et pourtant, plusieurs grands noms apparaissent : Charles Marville, Félix Nadar, Alphonse Le Blondel ou Adolphe Braun. Mais aussi, plus récemment, Didier Mahieu, Philip Bernard, Olivier Despicht ou bien encore Carole Fékété, Peter Yang et Rémi Guerrin, qui ont fait leur entrée dans la collection grâce à la volonté clairement énoncée d’ouvrir le fonds à la photographie contemporaine.

Un vaste chantier reste dorénavant à mener: identification précise, classement, préservation puis mise à disposition auprès des visiteurs et chercheurs. L’aventure photographique du musée ne fait sans doute que commencer.

Site de l’exposition