Alexandre Dupont Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) | Position de thèse

« Une Internationale blanche. Les légitimistes français au secours des carlistes (1868-1883) », soutenue à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne le 18 septembre 2015 devant un jury composé de : Mme Sylvie Aprile (Lille-3), rapportrice ; M. Philippe Boutry (Paris-1), directeur ; M. Jordi Canal (EHESS) ; M. Jean-Philippe Luis (Clermont-2), rapporteur et président du jury ; Mme María Cruz Romeo Mateo (Universitat de València) ; M. Pedro Rújula (Universidad de Zaragoza), directeur.

Mon travail de thèse porte sur les relations multiformes développées entre carlistes et légitimistes français au cours des années 1870, dans un moment où les uns et les autres semblent avoir une vraie chance de reprendre le pouvoir, particulièrement les carlistes qui mènent une guerre civile de quatre ans contre le gouvernement de Madrid : la Seconde Guerre carliste (1872-1876). Cette entraide franco-espagnole, principalement tournée vers l’aide aux carlistes en guerre, s’inscrit dans une solidarité plus large des légitimistes et des catholiques européens et américains à l’égard de ce mouvement. C’est cependant en France que se développe le soutien le plus massif à cette cause.

Première partie : Naissance d’une Internationale blanche (1868-1872)

La première partie de la thèse aborde la construction de cette Internationale blanche, qui n’est un mouvement ni homogène ni structuré, mais bien plutôt un ensemble de relations, de dynamiques et de solidarités reliées entre elles de manière souple et informelle ; en cela, elle est plus proche de l’Internationale libérale des années 1820-1850 que de sa contemporaine l’AIT.

Chapitre 1 : L’Espagne, terre de mission de la contre-révolution

Cette Internationale blanche ne naît pas de rien. Depuis la fin du XVIIIe siècle, à la suite de la Révolution française, les idées contre-révolutionnaires avaient commencé à circuler à travers toute l’Europe, à l’instar des idées révolutionnaires, et était peu à peu apparu un espace idéologique commun à tous les contre-révolutionnaires européens, espace non exempt de tensions, mais lieu de transferts culturels et de structuration d’une communauté idéologique transnationale. Par ailleurs, s’ajoutait à cette idéologie commune, fondée sur la prééminence de Dieu et du roi ainsi que sur une ambitieuse dialectique entre nation et internationalisme, des expériences concrètes de solidarité qui avaient sédimenté cet internationalisme. Dans le cas franco-espagnol, c’est bien sûr l’entraide pendant la Première Guerre carliste (1833-1840) qui pesait le plus sur les mémoires, mais la mobilisation transnationale pour sauver les monarchies absolutistes d’Italie et surtout le trône de Saint-Pierre au cours des années 1860 avait redonné une actualité à cette collaboration entre Français et Espagnols.

La construction de cette nouvelle Internationale blanche doit beaucoup au contexte européen qui s’offre aux légitimistes et aux catholiques à la fin des années 1860. Alors que les défaites en Italie, la crise du carlisme en Espagne et l’atonie du légitimisme français ouvraient des perspectives peu flatteuses à la contre-révolution, c’est paradoxalement une révolution progressiste en Espagne, la Gloriosa de 1868, qui retourne la situation et rend aux légitimistes des raisons d’agir. Quoiqu’ils y voient une nouvelle victoire de la Révolution, et donc de l’Antéchrist, ils sentent tout de suite le parti qu’il y a à tirer de cette ouverture du champ des possibles en Espagne, où s’installe pour la première fois un régime libéral et démocratique qui permet la participation des carlistes au jeu politique légal. À ces espoirs s’ajoute l’accès au statut de prétendant carliste d’un jeune prince, don Carlos de Bourbon et d’Autriche-Este. Bien décidé à agir pour récupérer son trône, y compris en prenant les armes, le charismatique chef de la contre-révolution espagnole, qui regroupe autour de lui tous ceux que le changement effraie, devient peu à peu la coqueluche des milieux contre-révolutionnaires français, que l’attentisme du comte de Chambord laisse quelque peu désoeuvrés.

Chapitre 2 : Nouvel exil, nouvel Internationale

Cet intérêt pour les nouvelles du pays voisin aurait pu en rester là si l’exil en France de plusieurs carlistes n’avait pas permis l’établissement de liens directs. L’exil carliste de 1868, très limité numériquement, est principalement le fait de responsables politiques et militaires de la Communion Catholique-Monarchique, nom que prend la coalition autour du carlisme. La France est leur principale destination, comme pour toutes les émigrations politiques espagnoles du siècle, et plus précisément Paris où, à la fin de l’année 1868, s’installe le prétendant pour mener l’offensive politique en Espagne. C’est donc un groupe d’exilés actifs, réunis en Conseil autour de don Carlos, qui réorganise depuis Paris le carlisme en Espagne, entre participation à la vie politique démocratique – la politisation carliste des années 1868-1872 est assez spectaculaire – et préparation en sous-main d’un nouveau soulèvement.

Légitimistes et catholiques parisiens ne manquent pas d’entrer en contact avec ces milieux d’exilés et notamment avec le prince, qui parvient à créer autour de lui un véritable phénomène de cour en exil qui mêle Français et Espagnols. Les uns et les autres se fréquentent à l’occasion de cérémonies religieuses, comme les messes ou les enterrements, ou laïques, comme les réceptions chez don Carlos, débattent, s’informent mutuellement, bref facilitent peu à peu la création d’un véritable espace commun du politique, d’une solidarité entre leurs deux causes. Les Français, pourtant, restent assez réticents face aux demandes d’aide financière que leur font les carlistes pour préparer un éventuel soulèvement. Certains, il est vrai, se montrent particulièrement généreux, et ce d’autant que les carlistes font montre d’une certaine habileté dans les montages financiers complexes, mais pour la plupart, ils restent attachés jusqu’en 1870 au financement de la papauté via le Denier de Saint-Pierre et attendent que le comte de Chambord se prononce sur une éventuelle collaboration concrète avec les contre-révolutionnaires espagnols.

Chapitre 3 : Avant-guerre. La difficile concrétisation de l’Internationale

L’année 1870, on s’en doute, change la donne avec la chute de Rome et, surtout, avec la guerre franco-allemande qui met fin au Second Empire et installe la Troisième République. Les légitimistes français, on l’a peu souligné, participent activement à cette guerre au nom de leurs idées, et reçoivent le concours de plusieurs dizaines de volontaires étrangers. De carlistes, cependant, point, ou si peu : don Carlos, comme son frère don Alfonso, qui a quitté Rome, se montrent peu désireux de venir en aide au comte de Chambord, qu’ils voient comme un velléitaire. Sur les champs de bataille de France cependant, plusieurs volontaires passent qui défendront plus tard la cause de la légitimité en Espagne. Remis en selle par la victoire législative de février 1871, et malgré la tentative de restauration ratée de juillet, Chambord se prononce en faveur d’une collaboration entre carlistes et légitimistes au cours d’une réunion à Lucerne en novembre, à laquelle participe don Carlos. Les dons commencent alors à affluer en prévision d’un soulèvement qui apparaît de plus en plus probable.

Il faut dire qu’au-delà des négociations entre élites carlistes et légitimistes, la collaboration entre carlistes et légitimistes était déjà acquise dans les départements frontaliers de l’Espagne où, depuis 1869, se produisent régulièrement de petits soulèvements qui montrent le désir d’en découdre d’une partie du peuple carliste, soutenue par des exilés installés en France et par une partie des populations frontalières, ainsi que par les légitimistes locaux. La solidarité franco-espagnole construite sur le terrain est d’ailleurs d’une grande aide pour don Carlos lors des deux expéditions qu’il mène sur la frontière en 1869 et 1870, au cours desquelles il bénéficie de réseaux châtelains sûrs qui lui permettent d’échapper à la police. Celle-ci, avant même le déclenchement du soulèvement, a toutes les peines à contrôler les carlistes installés dans le sud de la France et à empêcher les conspirations. Les autorités françaises se trouvent souvent démunies face à ces exilés parfaitement insérés dans le tissu local et bénéficiant de soutiens français. Le soulèvement de 1872 et l’éclatement de la guerre civile en Espagne intensifient considérablement l’activité de cette Internationale blanche.

 

Deuxième partie : L’Internationale blanche et l’État : construire la clandestinité

La deuxième partie de la thèse examine la façon dont cette Internationale blanche a pu agir tout au long de la guerre carliste en évitant la répression des États français et espagnol. Carlistes et légitimistes construisent le terrain de leur solidarité en subvertissant l’action étatique : l’entraide des contre-révolutionnaires repose donc à la fois sur la clandestinité, la stratégie, l’évitement, l’appropriation des instruments de l’État. Cette deuxième partie permet aussi de se pencher sur le paysage dans lequel s’inscrit l’Internationale blanche.

Chapitre 4 : Transgresser la frontière

La frontière est au cœur de ces dynamiques de construction de la clandestinité. De fait, la guerre carliste et le soutien que peuvent ou non lui apporter les Français reposent sur la capacité des acteurs à traverser cette frontière. Séparant deux souverainetés différentes, mais aussi un espace en guerre et un espace en paix, la frontière franco-espagnole fait du territoire français un refuge pour les carlistes, qui l’utilisent de multiples manières. La capacité à jouir du refuge sur le sol français se fait rapidement essentielle pour le carlisme en guerre : elle est décisive dans la durée de la guerre.

Le territoire français est un refuge pour les carlistes face à la guerre. Par ailleurs, c’est en France que se déroulent nombre de réunions stratégiques entre chefs carlistes, notamment lorsqu’il s’agit de coordonner l’action avec les légitimistes français. Les départements du sud de la France deviennent en quelque sorte l’arrière du front dont le carlisme ne bénéficie pas en Espagne.

Les autorités françaises, malgré le renforcement de la présence militaire et policière sur la frontière, se trouvent assez démunies face à ces intrusions. Trop de points de passage, pas assez d’hommes : la surveillance est une gageure et remet en cause la capacité de l’État français à contrôler son territoire.

Passer la frontière implique de recourir à des traditions de passage clandestin bien ancrées dans les populations frontalières, pour échapper au risque d’être arrêté par les forces françaises. Entre appropriation des tactiques de passage par les carlistes et recours à des passeurs, le passage de la frontière fait voir l’intrication entre clandestinité et action politique autour de la frontière. Ces tactiques sont aussi utilisées par les légitimistes français qui vont voir en Espagne le territoire contrôlé par don Carlos, sorte de vitrine de l’État carliste à naître. Ces voyages sont cruciaux pour faire connaître le carlisme hors des frontières mais aussi pour assurer le bon fonctionnement de la solidarité transnationale.

La situation des compagnies de voitures transfrontalières montre aussi à quel point la guerre rebat les cartes de l’organisation socio-économique de part et d’autre de la frontière. Utilisées à leur profit par les carlistes dans un certain nombre de cas, elles sont, si elles refusent de coopérer, la cible d’actions d’intimidation ou de brigandage. Face à l’incapacité des États à assurer la sécurité des voitures, certaines compagnies n’ont d’autre choix que de négocier directement avec les carlistes pour pouvoir maintenir leur activité.

Quoique n’ayant pas la capacité de contrôler complètement la frontière, les autorités ne sont pourtant pas complètement démunies face au passage de carlistes sur le sol français. Les carlistes appréhendés sur le sol français sont internés, c’est-à-dire assignés à résidence dans des villes du centre de la France. Quoique d’une efficacité réelle tout au long de la guerre, l’internement ne résulte pas d’une politique unifiée : le soin de définir qui doit être interné ou non, et qui est ou n’est pas carliste est laissé à l’appréciation des autorités locales. C’est que le dispositif législatif et judiciaire qui encadre cette pratique manque de solidité. Cela constitue d’ailleurs une porte d’entrée toute trouvée pour les carlistes pour tenter d’échapper à l’internement. De fait, on ne saurait imaginer les carlistes acceptant passivement leur internement et leur sortie de scène : au contraire, l’internement et son évitement constituent un observatoire privilégié de l’agency des carlistes. Inventivité et diversité des formes de subversion sont de mise, même si, de façon générale, ce sont les carlistes d’extraction sociale privilégiée qui les mettent en œuvre.

L’internement permet aussi de voir l’inachèvement de la construction de l’État « moderne » qui, d’après les récits téléologiques traditionnels, serait sorti tout armé de la Révolution française. Dans les années 1870, l’État n’a pas encore les moyens ni les instruments pour imposer la loi de façon uniforme sur le territoire français. La pratique de la perquisition, par exemple, est encore balbutiante, et est de plus en plus soumise aux limitations qu’imposent la construction parallèle et progressive d’un État de droit et la sacralisation de la propriété privée.

Chapitre 5 : Subvertir la diplomatie

L’incapacité de la France à contrôler sa frontière et le passage des carlistes sur son territoire provoque des tensions diplomatiques importantes avec l’Espagne tout au long de la guerre : c’est le deuxième domaine dans lequel carlistes et légitimistes s’efforcent de faire pièce aux politiques répressives de Paris et de Madrid.

Les agissements de l’Internationale blanche sur le sol français, et plus particulièrement dans les départements frontaliers, suscitent de nombreuses tensions entre autorités locales et représentants consulaires de l’Espagne, nombreux près de la frontière. Malgré une convention consulaire qui régit, depuis 1862, les relations diplomatiques entre les deux pays, la diversité est de mise quant aux relations entre fonctionnaires français et espagnols. Bien souvent, les consuls espagnols accusent les autorités françaises de complicité avec le carlisme en guerre, seul moyen pour eux d’expliquer leur impuissance à arrêter l’Internationale blanche. Ces tensions ne sont pas pour déplaire aux légitimistes, qui s’efforcent de les attiser.

Malgré une politique commune de lutte contre l’Internationale blanche, les rapports se dégradent peu à peu entre les deux capitales, au point qu’à l’automne 1874, c’est une véritable crise qui éclate, lorsque le représentant espagnol en France adresse au gouvernement un mémorandum dans lequel il dénonce la complicité des autorités françaises avec les carlistes, ouvrant la voie à d’importantes tensions. La situation se tend au point que, la même année, le gouvernement espagnol décide de financer un agent pour suborner les fonctionnaires français sur la frontière. L’efficacité du recrutement montre combien la thèse de la complicité des autorités avec le carlisme était intégrée y compris au sein de l’administration française.

Cette thèse, portée également par l’historiographie, a connu une illustration paradigmatique avec le cas du préfet des Basses-Pyrénées entre 1871 et 1876, le marquis de Nadaillac, présenté depuis l’époque de la guerre comme l’exemple type du fonctionnaire français ayant collaboré avec les carlistes. Tout au long de la guerre, pourtant, jamais le gouvernement ne lui retire sa confiance. C’est que, malgré les dénonciations des Espagnols et des républicains radicaux, Nadaillac ne soutient en rien les carlistes et se montre même très hostile à la cause absolutiste. L’acharnement contre lui, révélateur des difficultés concrètes auxquelles se confrontent les représentants de l’État à la frontière, repose aussi sur des cas effectifs de collaboration entre agents de l’État français et carlistes.

Quoique minoritaires, fonctionnaires et autorités locales qui prêtent main-forte aux contre-révolutionnaires près de la frontière jouent un rôle décisif dans le bon fonctionnement de l’Internationale blanche. Leur position leur assure l’accès à un certain nombre d’avantages, y compris matériels, et fournit aux carlistes un levier d’action sur la politique locale, notamment pour échapper à la répression. Leur attitude rend illisible la politique française face au carlisme, ce qui exarcerbe les tensions diplomatiques. Bon nombre de ces fonctionnaires engagés en faveur de l’Internationale blanche le sont au nom de leurs convictions politiques. Pour autant, dans plusieurs cas, il apparaît que, plus que les motivations idéologiques, c’est la prise en compte du paysage social dans lequel ils s’insèrent qui a incité les fonctionnaires à aider les carlistes.

Ces collaborations, quoique limitées, mettent à mal la position française de stricte neutralité à l’égard des affaires espagnoles. Concrètement, et malgré des inflexions qui ressortissent à l’évolution politique dans les deux pays, la France se montre, tout au long des années 1870, hostile au carlisme et favorable au gouvernement de Madrid. Tout cela ne fait pas les affaires des légitimistes pro-carlistes, qui attaquent cette position et appellent à un changement de politique extérieure. L’objectif des agents de l’Internationale blanche est une reconnaissance par le gouvernement français de la belligérance des carlistes, ce qui assurerait à ces derniers un statut international.

Le combat pour une reconnaissance diplomatique du carlisme souligne aussi les ambitions diplomatiques de don Carlos de faire reconnaître comme un État le petit territoire qu’il s’est taillé entre Pays basque et Navarre. Le prétendant développe en effet une action diplomatique assez variée. C’est le moyen pour les carlistes de se construire comme adversaires de l’hégémonie prussienne en Europe, et comme champions de la latinité et du catholicisme face à l’hydre germanique et protestante.

Chapitre 6 : Pays basque et Catalogne, régions pro-carlistes ?

Il n’en reste pas moins vrai qu’une bonne partie de l’efficience de l’Internationale est due à la relative facilité qu’ont les carlistes à utiliser les départements frontaliers comme base arrière. Cela pose la question du soutien des populations frontalières à la cause carliste. Ce cas de possible politisation transfrontalière est étudié pour lui-même tout au long du chapitre 6, car il pose des questions spécifiques et touche à des débats historiographiques multiples – politisation des campagnes, nationalisation des masses, dissidences et résistances à l’État etc.

Il s’agit d’abord, dans la mesure du possible, de se prémunir contre l’essentialisation dont ont fait l’objet les populations frontalières depuis le XIXe siècle, notamment dans les espaces basque et catalan où se développe l’activité pro-carliste la plus intense. À rebours de l’image de populations intégrées à la nation française depuis la Révolution française ou de celle, inversée, de populations allochtones, rétives à toute identification à la France et attachées à leurs identités locales, la réflexion tente d’associer la question des sentiments d’appartenance à celle des pratiques sociales et politiques quotidiennes.

Or, il se trouve que dans les années 1870, la frontière franco-espagnole est d’établissement relativement récent, puisque son tracé définitif n’est décidé que dans les années 1860. Surtout, la deuxième moitié du XIXe siècle est le moment d’un renforcement de l’État sur son territoire et d’une introduction plus massive du capitalisme dans les sociétés pyrénéennes. Ces deux phénomènes convergent dans l’intensification du contrôle douanier de la frontière, qui fait peser une menace majeure sur le tissu socio-économique traditionnel des sociétés pyrénéennes, fondé sur le commerce informel et transfrontalier et sur les relations de vallée à vallée, via les traités de lies et faceries.

Ces multiples échanges entre habitants de la frontière, vitaux pour une économie en grande partie agro-sylvo-pastorale, impliquent de nouveaux problèmes dès lors que ce sont les carlistes qui occupent la frontière côté espagnol. Le gouvernement français prend des décisions allant à l’encontre de l’intérêt de ses populations frontalières, qui sont dès lors incitées à collaborer avec les carlistes. Il est intéressant de constater que les élites françaises, perplexes face à cette fraternisation politique transfrontalière, préfèrent l’expliquer par un sentiment « national » basque ou catalan, fondé sur le catholicisme, le localisme et le conservatisme, qui est plus un produit de leur propre discours qu’une réalité sociale.

Ce discours essentialiste est battu en brèche par l’analyse des processus de socialisation des populations frontalières au cours du XIXe siècle. L’espace frontalier franco-espagnol – particulièrement dans les piémonts basque et catalan – est marqué par l’intensité des circulations, des migrations économiques et politiques, temporaires ou permanentes, qui conduisent à une socialibilité transfrontalière, à un constant mélange entre « Français » et « Espagnols », sédimenté par les décennies précédentes. Les carlistes se meuvent avec aisance dans des départements où la présence espagnole est massive. De fait, la tentative de contrôler les mouvements de populations autour de la frontière par le rétablissement du passeport se heurte à l’hostilité des frontaliers et à l’inquiétude des fonctionnaires locaux face aux possibles conséquences d’une telle mesure – cependant que carlistes et légitimistes organisent leurs propres filières de faux papiers. Ainsi, il n’apparaît pas que ce soit principalement en raison d’une identité basque ou catalane que les populations françaises de la frontière s’affirment favorables au carlisme, mais bien en raison de la désorganisation induite par l’action de l’État central dans l’organisation socio-économique traditionnelle. Les autorités locales, véritables interfaces entre les populations et le gouvernement central soulignent d’ailleurs à l’envi cette dimension de défense du cadre de vie dans les réactions populaires.

Appuyées sur leur lecture identitaire et essentialisante des populations frontalières, les analyses des élites des deux bords pendant la guerre carliste dressent le portrait de départements frontaliers où la population est tout entière acquise à don Carlos. Néanmoins, ce soutien ne saurait être attribué en bloc à l’internationalisme légitimiste et à la solidarité politique transnationale, même s’il reste très compliqué d’interpréter fermement l’attitude des populations frontalières.

Lorsque l’on examine les pratiques et les réalités sociales, le soutien au carlisme est fort dans le Pays basque français, où se multiplient les manifestations de soutien, individuelles et collectives, dans un mouvement de politisation transfrontalière originale où se mêlent considérations idéologiques, préoccupations religieuses et motivations locales. Dans les Pyrénées-Orientales, si l’on retrouve en partie ces éléments, la persistance d’un légitimisme populaire assez fort, qui s’oppose parfois violemment au radicalisme majoritaire dans le département, fait ressortir le soutien pro-carliste à des logiques plus « politiques », ce dernier prenant des formes plus organisées. Dans les deux cas, l’attitude des populations frontalières illustre leur inventivité et leur capacité à défendre des préoccupations qui, pour être locales, n’en sont pas moins politiques.

 

Troisième partie : La guerre carliste et les légitimistes : l’internationalisme en action

L’appui des frontaliers a joué un rôle central dans la capacité d’action de l’Internationale blanche. L’éventail de ses répertoires d’action fait l’objet de la troisième partie, qui examine les activités concrètes développées par les légitimistes en faveur des carlistes, l’organisation informelle de l’Internationale blanche, sa sociologie, les motivations de ceux qui s’y engagent, les échanges qui s’y déroulent entre Français et Espagnols. Après avoir examiné l’Internationale blanche du point de vue de son rapport aux États, il s’agit de la considérer pour elle-même et de mettre au jour son fonctionnement.

Chapitre 7 : La bataille de l’information

Dans ce dispositif, la presse joue un rôle essentiel de popularisation de la cause, de politisation du public et de mobilisation des partisans du carlisme. De fait, dans les années 1870, la presse catholique et légitimiste est encore puissante en France comme en Espagne, structurée autour de quelques grands titres dans la capitale et d’une multitude de feuilles de province. Pendant la guerre, le carlisme a également ses journaux officiels. Tous ces journaux sont liés les uns aux autres de multiples façons. Les reproductions d’articles, les traductions, les commentaires, réponses et adresses sont monnaie courante et permettent la constitution d’un panorama assez cohérent.

Se forme donc un paysage médiatique qui s’adresse principalement à un public favorable à la contre-révolution mais espère aussi dépasser le cercle des convaincus. C’est pourtant la politisation de l’information qui l’emporte, comme le prouve la création pendant la guerre d’agences de presse carlistes chargées de fournir aux journaux contre-révolutionnaires des informations « véridiques », c’est-à-dire non transmises par les agences qui dominent le marché, considérées comme acquises au libéralisme. Les journaux d’exilés publiés en France, notamment dans les départements frontaliers, jouent également un rôle très important dans la mise en contact des carlistes et des légitimistes et dans la définition d’une information commune et partagée. Ces journaux ne sont pas les derniers à pâtir d’une répression d’État qui touche la presse légitimiste et catholique, et la diffusion des journaux carlistes en France.

De fait, le système médiatique contre-révolutionnaire s’assigne plusieurs objectifs, dont le but est d’attirer l’opinion publique dans le camp du soutien au carlisme. Il s’agit tout d’abord d’informer le lectorat, de dissiper les « mensonges » de la presse libérale, bref de mener à bien un travail d’information qui est pensé concomitamment comme un travail de pédagogie et de politisation. Les faits et leur établissement apparaissent comme un enjeu de combat politique, dans un paysage médiatique très polarisé. C’est la raison pour laquelle la presse et les publications pro-carlistes recourent massivement aux témoignages de voyageurs de retour du théâtre de la guerre, et dont le statut assure la véracité de leur propos, ainsi qu’à des envoyés spéciaux sur le terrain. La fabrique de l’information devient alors un théâtre de la guerre. Guerre classique sur le terrain, la guerre carliste est aussi une guerre des mots qui se joue à l’échelle européenne. On assiste à la construction d’une image idéalisée du combat des carlistes ainsi que de la vie sous leur domination, qui révèle les utopies dont sont porteurs les légitimistes.

Presse et brochures contre-révolutionnaires se font aussi les hérauts de combats beaucoup plus politiques. Ce sont les journaux qui sont en première ligne lorsqu’il s’agit d’attaquer l’attitude du gouvernement français dans le conflit. Cette prise à partie de l’opinion publique révèle le nouveau statut du peuple dans le discours contre-révolutionnaire de la deuxième moitié du XIXe siècle : construit comme instance de légitimation par excellence, il devient le refuge d’une légitimité qui ne passe plus par le droit divin. Dès lors, on comprend également que les journaux fassent appel à ce même peuple pour venir en aide aux carlistes par tous les moyens, en faisant valoir les perspectives de Restauration en France que porterait une victoire des carlistes. Plus que jamais, la contre-révolution s’empare des outils traditionnels de la politisation et considère l’engagement politique comme indispensable, à rebours de tous ses postulats théoriques.

Pour toutes ces raisons, et parce que les légitimistes ont pris conscience du rôle central de l’opinion publique dans la politique du XIXe siècle, les journalistes tiennent une place tout à fait particulière au sein de l’Internationale blanche. Les journalistes et leur mission sont mis en valeur et à l’honneur par les carlistes, qui ne négligent pas l’utilisation de la presse pour valoriser leur lutte. L’information fait l’objet d’un combat entre presse contre-révolutionnaire et presse libérale, et les journalistes sont aussi des soldats de don Carlos. Ils doivent endiguer les discours portés par l’ennemi, en attaquant la véracité de ses informations. Le combat porte sur deux thématiques qui ont à voir avec la montée dans l’opinion d’un sentiment humanitaire : le sort des réfugiés et les atrocités de guerre. C’est un des rares leviers dont dispose le camp de la contre-révolution pour susciter la sympathie de l’opinion publique, lui qui est désormais minoritaire dans la société.

Chapitre 8 : Des réseaux d’alliés

Ce n’est cependant pas tant à travers la presse que se déroule la mobilisation concrète de l’Internationale blanche, qu’au sein des multiples réseaux qui entrent en action de façon informelle et coordonnée. C’est principalement au sein de la haute société que le carlisme recrute ses soutiens – ce qui correspond à la fois à la sociologie de la contre-révolution et à un recrutement souvent élitaire des mouvements transnationaux. De fait, les salons légitimistes, les réseaux nobiliaires et les responsables catholiques intransigeants sont autant de milieux où la cause de don Carlos reçoit bon accueil et se diffuse au sein d’une sociabilité socio-politique pré-existante au moyen de pratiques traditionnelles dans ce milieu et réinvesties en faveur des légitimistes espagnols. À cette mobilisation, notamment financière, des anciennes élites de la France répond un système de rémunération symbolique à travers des décorations octroyées par don Carlos.

Ainsi, le soutien au carlisme au sein de la haute société procède en partie de réseaux et de pratiques déjà existantes et réinvesties en faveur des contre-révolutionnaires espanols. L’entremise des princes carlistes est d’une grande importance dans la réorientation ou la constitution de réseaux. La diversité est en effet de mise : certains réseaux existants sont réutilisés, mais des réseaux ad hoc sont également mis sur pied. Dans bien des cas, la socialisation et la famille jouent un rôle décisif dans l’engagement des individus. Dans ce contexte, les femmes acquièrent une fonction toute particulière, et propre aux milieux nobiliaires, de transmission et de reproduction de l’idéologie et de l’engagement.

Coexistent donc de multiples réseaux autonomes et fonctionnant dans plusieurs pays. Sans organisation centrale ni formelle, l’Internationale blanche comprend des réseaux dans toute l’Europe, sur les deux rives de l’Atlantique et de la Méditerranée. La cohérence de ce paysage éclaté repose sur un certain nombre d’hommes-clés qui établissent des liens entre ces réseaux et avec l’état-major carliste. Ils permettent à ces réseaux de se coordonner entre eux et de répondre aux besoins des carlistes. Ce sont principalement quatre hommes, jeunes, issus des élites locales du sud de la France, appartenant donc aux catégories supérieures mais insérés dans le tissu social frontalier, en lien avec les princes et les généraux carlistes, qui forment le cœur de l’Internationale blanche. Leur assise sociale, leur connaissance du terrain, leur insertion dans un milieu franco-espagnol, leurs convictions et leur disponibilité en font des intermédiaires obligés de la solidarité contre-révolutionnaire européenne.

Ces réseaux et ces liens informels, qui traduisent une structure souple, n’impliquent pas l’absence de toute forme organisationnelle. De fait à l’échelon local, se sont formés dans toute l’Europe, et surtout en France, des comités carlistes dont l’objectif était de centraliser localement les initiatives en faveur des carlistes, tout en constituant un espace de rassemblement pour les Français désireux de s’engager pour don Carlos. Ces comités prouvent l’inventivité socio-politique du légitimisme européen et sa capacité à s’approprier des formes d’organisation politique. La diversité est aussi de mise pour ces comités, qui répondent à des logiques, des chronologies et des situations sociales diverses.

Le comité carliste le plus important est le Comité Carliste de Bayonne. En son sein, on retrouve à partir de 1874 plusieurs des Français les plus engagés en faveur du carlisme. L’analyse prosopographique de ses membres montre la diversité des motifs d’engagement en faveur du carlisme. Ce Comité, dont l’action est véritablement protéiforme, a pour particularité d’être en liaison directe avec l’État-major carliste et de constituer la courroie de transmission du carlisme en France : il chapeaute l’ensemble des autres comités et centralise l’aide française et européenne au carlisme.

Cette aide est principalement financière. De fait, le manque d’argent est un problème structurel du carlisme en guerre, qui ne peut guère compter sur les revenus produits sur le territoire qu’il contrôle et doit donc compter sur la générosité des contre-révolutionnaires européens. Au sens propre, l’argent constitue le nerf de la guerre et sa circulation permet d’observer la cohérence de l’Internationale blanche, par-delà son absence d’organisation formelle, notamment par la centralisation monétaire dans les mains des princes.

Les carlistes récupèrent de l’argent de la part des contre-révolutionnaires européens principalement sous deux formes complémentaires : le don et l’emprunt. Les dons dominent l’ensemble et se partagent entre dons importants faits par de riches légitimistes et petites sommes rassemblées par le « peuple contre-révolutionnaire ». L’emprunt, de son côté, vise un public plus intéressé par la rentabilité d’un investissement en faveur des carlistes – bien que les deux sphères de l’emprunt et du don ne soient pas étanches. Il révèle aussi les aspirations du carlisme en guerre à s’ériger en État et les réels espoirs de victoire en Espagne qui traversent la contre-révolution européenne. Emprunts et dons somptuaires bénéficient notamment de la générosité des catholiques intransigeants, orphelins d’une cause à soutenir après la chute de Rome.

Si elles représentent un apport moindre, les souscriptions populaires ouvertes dans les journaux contre-révolutionnaires ne sont pas à négliger, car elles soulignent la relative extension sociale de l’internationalisme contre-révolutionnaire, en même temps qu’elles permettent de dresser un portrait socio-politique de la solidarité pro-carliste plus nuancé que celui qu’offrent les autres manifestations de soutien, notamment en ce qui concerne la place des femmes qui trouvent dans ces souscriptions un espace d’expression politique. S’y dessine aussi un tableau de la politisation contre-révolutionnaire dans les années 1870.

Chapitre 9 : La contrebande, pratique politique ?

Le principal usage que font les carlistes de l’argent récolté est d’acheter des armes et des munitions, qu’il faut convoyer en pays carliste : ce transport repose tout entier sur la contrebande. En effet, malgré leurs tentatives d’établir des usines d’armement en pays carliste, les partisans de don Carlos restent désespérément dépendants de l’étranger pour se fournir en armes. Or, la non-reconnaissance de leur belligérance les oblige à recourir à l’illégalité et donc à la contrebande. Les carlistes s’appuient en France sur un monde interlope de marchands d’armes, d’aventuriers et de royalistes qui versent dans le trafic d’armes mais aussi sur la mobilisation des contre-révolutionnaires, qui s’engagent dans des comités d’artillerie carliste.

La contrebande est au cœur des tensions franco-espagnoles, le gouvernement de Madrid accusant les autorités françaises de ne pas la juguler, et donc d’être complice des trafics qui se déroulent à la frontière. Le gouvernement français, quant à lui, s’efforce de nier la réalité de cette contrebande ou de la minimiser, tout en soulignant les manquements espagnols à la surveillance de la frontière. L’exemple des trafics sur le fleuve frontalier, la Bidassoa, rappelle à la fois l’ancienneté de la contrebande entre France et Espagne et le manque d’instruments des États pour la combattre, malgré les tentatives de coopération. Dès lors, une fois de plus, les États se trouvent impuissants à contrôler leurs marges respectives, face à des acteurs qui connaissent particulièrement bien le terrain.

Il faut distinguer deux types de contrebande qui dessinent deux paysages socio-politiques relativement différents. Une partie du trafic d’armes en faveur des carlistes passe par la mer. Un véritable réseau international de contrebande maritime se met en place au cours de la guerre carliste, qui s’étend jusqu’à l’autre rive de l’Atlantique. C’est en Belgique qu’est organisé, semble-t-il, le réseau le plus important. Depuis Anvers, ce sont plus de cent navires de toutes nationalités qui sont soupçonnés d’embarquer discrètement des armes et des munitions pour les carlistes, sous couvert de commerce légal en direction d’autres pays. Ces armes et ces munitions transitent par les ports belges où des armateurs catholiques les embarquent dans des bateaux de confiance, qui les transportent ensuite jusqu’au Golfe de Gascogne. Difficile dans ce cas, de distinguer ce qui relève chez les marins de l’intérêt bien compris et des convictions politiques.

Un autre centre contrebandier se trouve à Marseille, où s’approvisionnent les carlistes catalans, qui ne bénéficient pas de l’ouverture sur la facade atlantique. Alfonso s’efforce dès le début de la guerre de mettre en place un réseau de contrebande dans la cité phocéenne en s’appuyant sur les réseaux légitimistes et sur les armateurs locaux. Les longues négociations et les nombreuses difficultés auxquelles il est confronté rappellent les dangers et les aléas de la contrebande, notamment du côté catalan. Parmi ces dangers, il faut bien sûr compter les tentatives de répression de l’État, qui parvient à plusieurs reprises à arraisonner des navires contrebandiers, ou tout au moins à les empêcher de débarquer leur marchandise. Plusieurs affaires soulignent néanmoins la capacité des contrebandiers à échapper à cette répression.

Si la contrebande maritime permet des envois massifs, notamment de canons, c’est surtout sur la contrebande terrestre que comptent les carlistes : quotidienne, elle permet un acheminement d’armes régulier et s’appuie sur de solides traditions au Pays basque et en Catalogne, et sur la parfaite connaissance du terrain d’un certain nombre de contrebandiers professionnels. L’engagement des contrebandiers dans la contrebande en faveur des carlistes pose la question de leur éventuelle politisation et invite à réinterroger la fameuse figure du bandit social. Il semble, au vu des sources, que les contrebandiers défendent une organisation socio-économique en danger, plus que le triomphe de la contre-révolution. Ce qui n’empêche pas en retour la collaboration de légitimistes à la contrebande, et leur apprentissage de l’illégalité, sans que l’on puisse complètement séparer ces deux univers. En face, malgré le renforcement du dispositif douanier côté français et l’efficacité d’un certain nombre de saisies, l’État se montre bien incapable de juguler ces flux d’armes et de munitions. Et ce d’autant plus que les carlistes installent leurs propres douanes dans les zones frontalières qu’ils contrôlent, pour faciliter la contrebande et générer des revenus pour la cause.

Chapitre 10 : Se battre pour don Carlos : enjeux du volontariat armé

Une dernière façon de venir en aide aux carlistes est de le faire les armes à la main, en partant combattre en Espagne à leurs côtés. Ce volontariat armé international s’inscrit dans une solide tradition au XIXe siècle, qui touche toutes les familles politiques. Il se caractérise par une grande diversité des motivations, entre le légitimiste parti défendre ses idées, l’aventurier voulant connaître le grand frisson ou le déserteur qui cherche à échapper à la conscription dans son pays. L’expérience du combat sur d’autres théâtres d’opération joue aussi un grand rôle dans l’engagement, comme le prouvent les anciens Zouaves Pontificaux qui, après avoir défendu Rome, répondent à l’appel de leur ancien compagnon d’armes don Alfonso et s’engagent à ses côtés dans les Zouaves Carlistes. Les Zouaves témoignent aussi de la création d’un esprit de corps grâce au combat commun.

L’expérience du combat s’avère souvent assez éloignée des imaginaires et des attentes des combattants. Un récit particulièrement lucide rédigé trente ans après les faits par un volontaire est particulièrement éclairant sur ce point. Outre de nombreux renseignements sur le parcours concret d’un Français souhaitant partir combattre en Espagne et sur la sociabilité au sein de l’Internationale blanche, ce volontaire montre combien son expérience l’a déçu. Nommé sous-officier dès son arrivée, comme la plupart des étrangers, et en butte à l’hostilité des Espagnols sous ses ordres, il se confronte à la violence et à l’ennui de la guerre, ce qui le conduit à abandonner l’armée carliste – où il a été blessé deux fois – et à rentrer en France.

Plus généralement, les volontaires sont à peu près les seuls à se mesurer aux réalités de la guerre carliste et à en connaître les risques. Au-delà des déceptions que suscite cette réalité chez un certain nombre d’entre eux, les volontaires s’exposent à la capture par les autorités madrilènes, aux blessures et même à la mort. Quant à l’État français, il lutte comme il le peut contre le volontariat armé, en tentant d’empêcher les recrutements et les passages de la frontière. Dans un certain nombre de cas, il tente d’appliquer la déchéance de nationalité prévue par le Code Civil, mais sans y parvenir. Dès lors, les autorités s’en tiennent à limiter les conséquences fâcheuses de ce volontariat, en s’arrangeant avec les autorités espagnoles pour récupérer les volontaires arrêtés en Espagne le plus discrètement possible.

À côté de ce volontariat armé assez typique des décennies centrales du XIXe siècle, la guerre carliste est le théâtre d’un engagement humanitaire, qui découle de la préoccupation grandissante, au sein des opinions publiques, pour le droit des gens et le soin aux blessés de guerre. De nombreuses associations de secours aux blessés se trouvent sur le terrain pendant la Seconde Guerre carliste. Néanmoins, le système de soins au sein du camp carliste ne recourt pas à la Croix-Rouge, considérée comme une officine libérale, quoiqu’estimable. C’est que les contre-révolutionnaires défendent une conception religieuse des soins, qui emprunte autant au catholicisme qu’aux méthodes de la médecine moderne. Dès lors, ce sont des associations catholiques créées ad hoc qui s’activent auprès des carlistes. La principale est fondée et dirigée par la femme de don Carlos : la Caridad reçoit le soutien de nombreux légitimistes européens, et notamment des femmes, qui trouvent là encore un espace possible d’expression politique.

Les volontaires humanitaires qui s’engagent dans la Caridad ne répondent en effet pas à un objectif humanitaire politiquement neutre. Au contraire, ce volontariat est perçu comme une autre façon de servir la cause carliste, car il s’agit de soigner tout en respectant une éthique catholique. Les soutiens et les volontaires de la Caridad sont donc des légitimistes et des catholiques qui agissent autant au nom de l’humanitaire qu’au nom de leur idéologie. Ils jouissent par ailleurs d’une image extrêmement positive auprès du public, ce qui leur donne une place de choix dans les journaux favorables à don Carlos.

L’humanitaire est donc une autre forme et un autre lieu de mobilisation, en apparence plus neutre. La mise en valeur de motifs humanitaires permet d’ailleurs de susciter des dons et des souscriptions qui servent en fait à financer la cause : l’humanitaire est la continuation de la guerre par d’autres moyens.

 

Quatrième partie : Défaite, exils et recompositions politiques (1875-1883)

Chapitre 11 : L’affaiblissement de l’Internationale blanche

Tout ceci pourtant ne résiste pas aux revers militaires qui s’accumulent pour les carlistes après la restauration à Madrid, en janvier 1875, du trône des Bourbons sur lequel monte Alphonse XII, le fils de la reine Isabelle II. Face à ce pouvoir fort à l’intérieur comme sur le plan diplomatique, les carlistes se trouvent en difficulté. Bien plus, la brouille qui naît peu à peu entre don Carlos et son frère Alfonso contribue à aggraver la situation pour les carlistes. La dispute, qui se joue en bonne partie à travers les réseaux français des deux princes, aboutit au départ d’Alfonso de la guerre. Avec lui, ce sont les catholiques intransigeants et leur manne financière qui quittent don Carlos et le laissent dans une situation très précaire. La reconnaissance d’Alphonse XII par le pape Pie IX et par le mythique général Cabrera achèvent de semer le doute dans les rangs de l’Internationale blanche.

Jusqu’au bout pourtant, la solidarité des légitimistes français aura tenté de contrebalancer l’aide inter-gouvernementale, malgré une répression accrue de Paris contre les milieux pro-carlistes. Mais en février 1876, la défaite est consommée et quinze mille hommes traversent la frontière en compagnie du prétendant. Les légitimistes tâchent de présenter la défaite sous un jour le plus favorable possible et d’entretenir l’espoir d’une reprise de la guerre à court terme. Mais lorsque don Carlos s’embarque pour l’Angleterre, les réseaux de l’Internationale blanche, pour la plupart, disparaissent ou s’orientent vers d’autres objectifs. La défaite ouvre rapidement la voie à un droit d’inventaire, qui pointe les faiblesses de la stratégie de don Carlos.

Ce qui reste de l’Internationale blanche trouve un nouvel objectif dans l’aide aux quinze mille réfugiés internés par le gouvernement français. Si la plupart rentrent rapidement au pays en profitant de la clémence du gouvernement espagnol, leur dénuement au cours de leurs quelques mois de présence en France incite les contre-révolutionnaires à mener de nouvelles actions pour leur venir en aide financièrement.

Chapitre 12 : Une Internationale blanche resserrée

Le retour de don Carlos à Paris en septembre 1876 et sa résidence dans la ville pendant plusieurs années permet la reconstitution d’une Internationale blanche resserrée. La sociabilité de don Carlos à Paris s’avère particulièrement intense et non dénuée d’objectifs politiques, ce qui pousse les autorités françaises à le faire surveiller et à prendre la décision de l’expulser du territoire français à trois reprises, lorsque sa volonté de continuer le combat en Espagne se fait trop évidente. Lors de la dernière expulsion, en 1881, don Carlos part pour Venise, où il s’installe jusqu’à sa mort en 1909.

Le maintien par le prétendant et ses proches de réseaux au sein de la noblesse française ne relève pas seulement de la sociabilité. Au contraire, les années parisiennes du prétendant sont des années d’intense activité politique, où les complots se font et se défont en permanence et suscitent les interrogations des forces de police chargées de surveiller ces milieux. Si la plupart de ces projets restent à l’état de lettre morte, certains d’entre eux donnent lieu à des préparatifs pour rallumer la guerre en Espagne, en s’appuyant sur une dissidence socio-politique à la frontière qui n’a pas disparue.

La mort du comte de Chambord en août 1883 marque cependant la fin de l’Internationale blanche, qui ne survit pas à la disparition du légitimisme français, même si quelques partisans du comte de Chambord, par haine des Orléans, tentent d’introniser don Carlos comme prétendant au trône de France. L’action de ces « Blancs d’Espagne » ne parvient pas à masquer la fin d’une solidarité qui devient peu à peu un objet de mémoire au sein des familles contre-révolutionnaires et que le contexte d’affrontement entre révolution et contre-révolution qui marque la Seconde République espagnole puis la guerre civile permettra de réactiver sous d’autres formes et selon d’autres logiques.

 

L’Internationale formée dans les années 1870 autour des légitimistes français pour venir en aide aux carlistes en guerre prouve ainsi combien la solidarité politique internationale a aussi concerné la contre-révolution au XIXe siècle. Légitimistes et catholiques ont fait preuve d’une réelle capacité à établir des liens transnationaux et à les concrétiser dans une Internationale non structurée, fondée sur des réseaux informels et sur des actions propres à la politisation à l’extrême-droite de l’échiquier politique – même si ces acteurs surent parfaitement s’approprier les formes les plus modernes de la politique pour les adapter à leur propre vision du monde. Au-delà de l’échec final de la contre-révolution en armes, cette histoire est aussi l’histoire d’une modernité alternative non advenue.

Elle est aussi l’histoire d’États dont les efforts pour contrecarrer et réprimer cette solidarité internationale se sont souvent révélés insuffisants pour l’empêcher, légitimistes et carlistes bénéficiant d’une autonomie socio-politique assez remarquable. Cette autonomie a été rendue possible par le contrôle défaillant des États sur une frontière franco-espagnole d’établissement récent, par le détournement à leur profit par les contre-révolutionnaires de formes anciennes de l’illégalité comme la contrebande mais aussi par le soutien au carlisme de populations frontalières qui en ont aussi profité pour revendiquer le maintien d’un espace socio-économique transfrontalier traditionnel que les bouleversements de la deuxième moitié du XIXe siècle mettaient en danger.

L’Internationale blanche est enfin l’histoire d’individus et de groupes s’engageant en faveur du carlisme selon des logiques, des formes et des schémas multiples, pour des raisons idéologiques, mais aussi économiques, sociales, culturelles, familiales, affectives, qui révèlent les sentiers variés par lesquels se fait l’entrée en politique, et en l’espèce dans un combat politique dont l’Espagne est le cœur, au rebours des représentations caricaturales de ce pays qui existaient à la même époque.