POSITION DE THÈSE | Francis Grandhomme, Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud

Francis Grandhomme, Une figure lorraine : Jules Crevaux (1847-1882) et l’exploration de l’Amérique du Sud.

Thèse d’histoire sous la direction de Jean El Gammal, Université Nancy 2, 2011, 864p. Soutenue le 28 juin 2011 devant un jury composé de Jean El Gammal, directeur (professeur d’histoire, Université Nancy 2), Chantal Metzger, présidente (professeur d’histoire, Université Nancy 2), Christine Manigand, rapporteur, (professeur d’histoire, Université de Poitiers), Jérôme Buridant, rapporteur (professeur de géographie, Université d’Amiens), Olivier Compagnon (maître de Conférences en histoire, Université de Paris III et Institut universitaire de France) et Jean-Pierre Husson (professeur de géographie, Université Nancy 2).

 Médecin de la Marine française, Jules Crevaux (1847-1882) a eu son heure de gloire, reconnu en son temps comme un des grands explorateurs de l’Amérique du Sud. Né aux pieds des Vosges dans la partie de la Lorraine qui subit l’annexion allemande de 1871, il est l’illustration de l’explorateur héros populaire de la IIIe République naissante et meurtrie. Il effectue entre 1869 et 1882 plusieurs voyages en Amérique du Sud, dont quatre missions d’exploration dans les Guyanes, l’Amazonie et le bassin de l’Orénoque. Il est alors célèbre grâce à ses récits de voyages publiés dans Le Tour du Monde à grand renfort d’illustrations et du fait de la présence à ses côtés d’Apatou, son fidèle compagnon de voyage indigène.

Homme d’action, il appartient aussi à des réseaux français et sud-américains, tant scientifiques que politiques, et favorise ainsi une géographie utilitaire qui œuvre à une mise en valeur au service de l’expansion occidentale.

Son aura est augmentée par sa disparition énigmatique dans le Gran Chaco bolivien, territoire des Indiens Tobas. Il reçoit l’hommage de ses contemporains, puis son souvenir s’estompe cependant rapidement avant une redécouverte depuis les années 1980 et la réédition de ses récits de voyage.

L’approche suivie cherche d’abord à dépasser le genre biographique. Les voyages et les recherches scientifiques de Crevaux présentent, en effet, un caractère multidisciplinaire, mobilisant l’histoire, la géographie, la géologie, la médecine, et d’autres encore, ce qui fait du personnage une figure à considérer bien différemment de l’image traditionnelle de l’explorateur du XIXe siècle. Il s’agit, par une réflexion épistémologique, de sortir du cénotaphe tel qu’il est présenté dans les hagiographies de son époque ou à l’inverse à apporter des conclusions plus nuancées à la suite des études post-coloniales.

Cette même interdisciplinarité a fondé une méthode historique spécifique, aussi possible grâce à la masse documentaire impressionnante recueillie, même si elle n’est pas exhaustive puisqu’essentiellement française, notamment lors du travail de DEA, conduit d’abord sous la direction du Professeur François Roth (Université Nancy 2). Elle se caractérise par l’ampleur des archives officielles (fonds de la Société de Géographie à la Bibliothèque nationale de France ; dossier personnel au Service Historique de la Défense ; fonds des voyageurs des Archives nationales malgré l’absence de dossier « Crevaux » lui-même), mais aussi familiales, ainsi que des sources imprimées (presse, bulletins des sociétés savantes, tant en France qu’à l’étranger). On a cherché aussi à mobiliser jusqu’à l’histoire immédiate, insérant ainsi le sujet dans les problématiques actuelles. Enfin, cette richesse a aussi été mise à profit pour établir des faits une fois pour toute par la recherche systématique de la preuve ou, dans l’incertitude, par la possibilité de formuler différentes hypothèses sans systématiquement trancher.

La thèse analyse ainsi les liens entre Crevaux, les institutions et les hommes. Les résultats de ce travail, qui se veut donc à l’interface d’une biographie et d’une étude sur le processus d’expansion de l’Europe à la fin du XIXe siècle, sont présentés en trois parties chronologiques sans que cet ordonnancement classique n’imprime de déterminisme.

La première partie traite de la question de la vocation du voyageur. Crevaux a eu une autre vie avant l’exploration qu’il n’entame que tardivement à trente ans. Son destin correspond à une époque, celle d’une génération marquée par la défaite de 1870, cependant son itinéraire n’est pas déterminé à l’avance.

Issu d’un milieu rural modeste, il est né à Lorquin (Meurthe) dans le foyer de Nicolas Crevaux (1821-1856) et de Marguerite Pierron (1825-1862), originaire du village voisin de Hesse. Ses parents tiennent un débit de vin et font le commerce de bestiaux, comme son oncle et sa tante qui le recueillent lorsqu’il devient orphelin. Il est alors un miracle de la méritocratie puisqu’il accède malgré tout à des études secondaires au Lycée impérial de Nancy (1860-1866). Après une année en Faculté à Strasbourg, il est reçu à l’Ecole de médecine navale de Brest en 1867 puis effectue ses premiers séjours aux Antilles et en Guyane en 1869-1870 sur le navire-hôpital La Cérès. Il entame donc une carrière de marin avant la guerre de 1870 : il est alors déjà signalé comme un sujet d’avenir qui recevra un jour une mission. Ce n’est cependant pas l’étape décisive.

Son ascension sociale est en effet remise en cause par le conflit franco-allemand. Après une « drôle de guerre » marquée par quatre mois d’inaction forcée au Service de santé du port de Brest, pendant lesquels il demande instamment à servir, l’aide-médecin Crevaux est finalement affecté à la 2e armée de la Loire auprès des marins de Cherbourg. Le conflit l’ouvre alors à une vie d’aventure. Fait prisonnier au combat de Fréteval (Loir-et-Cher) des 14-17 décembre 1870, il s’évade et exerce des activités de renseignement au service de Léon Gambetta, âme du gouvernement de Défense nationale, d’abord dans Orléans investie par les Prussiens, puis à l’armée de l’Est aux côtés du général Jean-Baptiste Billot (1828-1907) et lors de la retraite sur Pontarlier de l’« armée Bourbaki » où il est blessé à Chaffois (Jura). Le conflit révèle ses qualités d’homme d’action et renforce ses convictions de Républicain opportuniste. Il offre ainsi ses services aux Versaillais lors de la répression de la Commune de Paris en mai 1871 pour « régler sa dette envers la France », et publie un ouvrage patriotique, Wissembourg, sur la bataille du 4 août 1870 (Paris, Hurtau, 1873).

Toutefois, s’il s’oriente ensuite vers les horizons lointains, c’est moins par esprit de revanche contre l’Allemagne ou par goût pour l’exploration que pour s’assurer une carrière. Sa vie d’aventure  l’a exposé à un difficile retour à la normale. Soupçonné un temps de désertion à l’armée de la Loire alors qu’il espère une récompense, il mène d’abord un combat pour l’honneur et cherche surtout à assurer sa carrière dans la Marine alors qu’il n’a pas pu passer ses examens en 1871. Au printemps 1872, il soutient à Paris une thèse sur « l’hématurie chyleuse des pays chauds » devant un jury présidé par le docteur Apollinaire Bouchardat (1806-1886), il opte pour la France à Brest le 4 septembre 1872, date anniversaire de la proclamation de la IIIe République et réussit le concours de médecin de 2e classe en octobre 1873. Quand, le 15 janvier 1874, il quitte Toulon comme médecin-major du Lamotte-Piquet, aviso de la division de l’Atlantique-Sud, c’est surtout pour acquérir une durée de service en mer suffisante pour postuler à la 1ère classe (session de 1876). Ces efforts l’ont cependant mis en relation avec Claude Bernard (1818-1878), fondateur de la médecine expérimentale ou Paul Broca (1824-1880), père de l’anthropologie physique, ce qui lui ouvre des portes outre-Atlantique, notamment celle de l’Argentin Francisco P. Moreno (1852-1919), grand naturaliste et explorateur de la Patagonie.

Sur le Rio de la Plata (1874-1875), Crevaux touche au « rêve américain ». Après une escale à Dakar, où il croise Pierre Savorgnan de Brazza et Julien Viaud, le futur Pierre Loti, alors jeunes officiers de Marine, il fait la une de journaux sud-américains pour avoir sauvé les marins d’un navire de commerce atteints de saturnisme. Il est ainsi remarqué du docteur Guillermo Rawson (1821-1890), directeur du service de santé argentin et du général Bartolomé Mitre (1821-1906), ancien président de la République, héros de la guerre du Paraguay et fondateur du très influent journal La Nación. Il envisage alors de s’établir à Buenos Aires comme médecin libéral « pendant 6 ou 7 ans » puis de « s’occuper de sciences ». En décembre 1874, il annonce aussi « qu’on voudrait le marier », sans doute avec Josefa Lidia A. de la haute société portègne. L’instabilité politique régionale, avec l’échec de la révolution mitriste (1874) puis les troubles en Uruguay (1875), remet en cause ses projets : « Je commence à croire que la plus belle des révolutions ne vaut pas le plus mauvais des gouvernements », écrit-il dépité. La prolongation du séjour ainsi imposée lui permet cependant de remplir les conditions pour présenter le concours de 1ère classe à l’automne 1876, avec succès.

Dès son retour en France au printemps 1876, il a demandé une mission scientifique auprès du ministère de l’Instruction publique. Mais arrivé en Guyane en décembre 1876, il doit d’abord assurer le service sanitaire des Iles du Salut en proie à la fièvre jaune et ne se lance en exploration sur le fleuve Maroni qu’en juillet 1877.

La deuxième partie de la thèse détaille les modalités du voyage, en sondant les motivations de Crevaux, l’organisation de ses expéditions et l’accueil réservé à son retour lors de ses trois premières expéditions.

Il explore successivement les bassins hydrographiques des Guyanes, Maroni et Oyapock, de l’Amazone (1877-1879), du Guaviare et de l’Orénoque (1880-1881). Il se fait enseigner le secret de fabrication du curare (poison qu’utilisaient les Indiens de l’Amazone pour enduire leurs flèches) par un sorcier amérindien qu’il considère comme un « confrère ». Il atteint aussi les mythiques monts Tumuc-Humac sur le plateau des Guyanes, qui constituent encore parfois dans l’imaginaire de l’époque l’ultime rempart avant l’eldorado, dont il baptise au champagne « Mont Lorquin » ce qu’il pensait en être le sommet, « en souvenir de mon pays natal », écrit-il.

Sa méthode apparaît originale au point qu’on parle alors d’un « voyage à la Crevaux ». Explorateur fluvial, il privilégie les cours d’eau qui sont pour lui « des chemins qui marchent ». « Explorateur aux pieds nus », c’est un adepte d’expéditions discrètes. Il n’emporte que « deux chemises, un hamac, une moustiquaire », des vivres pour quelques jours, quelques instruments de mesure. Il recrute sur place des porteurs quand nécessaire et n’est épaulé que par quelques compagnons européens, tels le pharmacien Eugène Le Janne (1848-1932) et le matelot François Burban (vers 1858-1881) sur l’Orénoque. Modeste, il se présente en humble second couteau de l’exploration, qui mène « une guerre livrée à la nature pour lui arracher ses secrets » et, aux prises avec la faune et la flore, animé par un esprit tenace, -sa devise est « Tiens bon ! », il n’attribue ses succès qu’à « une bonne santé, un peu d’audace et beaucoup de chance » (il déplore toutefois la mort de Burban piqué par une raie venimeuse).

Sa réussite tient aussi à la présence à ses côtés d’Apatou (1833-1908). « Noir marron », descendant d’esclaves fugitifs du Surinam, appartenant à l’ethnie Boni (ou Aluku), il est recruté sur le Maroni en 1877 comme guide et il l’accompagne lors des trois premières expéditions. En retour, il demande à connaître le pays de Crevaux, le suivant à deux reprises à Paris et en Lorraine (1879 et 1881). L’explorateur se distingue ainsi de beaucoup de ses semblables par une approche presque humaniste et par l’éclectisme de ses centres d’intérêt mêlant naturalisme et ethnographie, peut-être davantage en quête de l’Indien originel, notamment chez les Roucouyennes (ou Wayana) des Guyanes. Il paraît alors incarner l’« explorateur pur » (Numa Broc) motivé par le seul service de la science. On observe toutefois aussi chez lui les préjugés classiques de l’explorateur de la fin du XIXe siècle, emblématique du mouvement d’expansion européenne auquel il adhère. Homme de son temps, son image est écornée par des habitudes de pilleur de tombes ou des préjugés raciaux, toutefois jamais à l’égard de son fidèle Apatou. Il met aussi à mal peu élégamment le mythe de l’eldorado, de simples roches de mica confondues avec l’or par des Indiens alcoolisés, ou celui des Amazones, de pauvres femmes répudiées et recluses au fond de la jungle.

Crevaux connaît la célébrité au retour de son premier voyage en 1878. Les objets qu’il rapporte sont présentés à l’Exposition universelle de Paris puis au nouveau musée ethnographique du Trocadéro. Les sociétés de géographie lui réservent un triomphe, celle de Paris dans le Grand amphithéâtre de la Sorbonne en 1881. Officier d’Académie, il est aussi fait chevalier (1878) puis officier (1881) de la Légion d’Honneur. Ses soutiens vont au-delà des sciences pures, passant par des réseaux scientistes et maçonniques. Il reçoit l’appui en particulier de Ferdinand de Lesseps ou surtout de Jules Ferry, comme ministre de l’Instruction publique et président du Conseil. A la veille de son ultime voyage, le Congrès géographique international de Venise (septembre 1881) le proclame l’« un des plus grands explorateurs du XIXe siècle ».

Il est en fait l’instrument du mouvement d’expansion européenne. Ainsi du développement de la littérature de voyages, en particulier de la revue Le Tour du Monde d’Edouard Charton (1807-1890) et Emile Templier (1821-1891), où les récits de ses expéditions font évoluer l’image de l’Amazonie d’un eldorado à un enfer vert par la profusion d’illustrations spectaculaires, en particulier du dessinateur Edouard Riou (1833-1900), qui travaille aussi pour Jules Verne, telle la célèbre attaque d’Apatou par un caïman. Ce dernier, le « bon sauvage », est présenté comme le « Vendredi » de Crevaux par le Journal officiel (29 décembre 1879). L’explorateur favorise alors une géographie utilitaire au service de la vulgarisation de l’idée coloniale, recherchée par Jules Ferry et Léon Gambetta, pour restaurer la puissance française après 1870, et favorisée par la Société de géographie de Paris et son secrétaire emblématique Charles Maunoir (1830-1901), ou par celle de l’Est à Nancy, présidée par Antonin Debidour (1847-1917), qui s’en empare comme « son » voyageur local. Il est ainsi également un explorateur politique. On observe d’ailleurs sa présence systématique dans des régions marquées par des litiges frontaliers, en particulier les contestés guyanais entre France, Brésil et Pays-Bas.

Crevaux occupe cependant une place particulière dans cette propagande : « Ils se jettent tous sur l’Afrique ! », lance-t-il au congrès de la Ligue de l’Enseignement d’avril 1881, quelques mois avant son dernier voyage. Il fait de l’Amérique du Sud « sa chose ». Là, comme Alsacien-Lorrain, il participe au rayonnement national sans laisser croire à une partie de l’opinion publique à une dispersion des forces dans les conquêtes africaines qui détourneraient trop le regard de la « ligne bleue des Vosges ». Il donne aussi le sentiment d’une expansion moins coloniale que civilisatrice. Sa figure concilie ainsi les deux nationalismes, d’« expansion mondiale » et de « rétraction continentale » (Raoul Girardet, L’Idée coloniale, 1972). N’est-il cependant pas aussi utilisé par les Allemands qui le laissent préparer ses voyages en Lorraine annexée à Lorquin, devenu Lörchingen depuis 1871 : le chancelier impérial Bismarck encourage en effet l’expansion française outre-mer pour l’opposer à l’Angleterre.

A l’heure de la célébrité, l’individu Crevaux paraît cependant écrasé par l’entreprise à laquelle il a adhéré et le revers de la médaille. L’obtention de nouvelles missions d’exploration est une conquête de haute lutte pour obtenir fonds et même détachement administratif. Le retour en France constitue un nouveau parcours du combattant. Il est happé par un tourbillon médiatique lié à la publicité du voyage et il semble « plus à l’aise dans les forêts guyanaises » qu’en face du public nombreux de la Sorbonne « accouru cependant pour l’applaudir » (La Nature, n°433, 17 septembre 1881). Il peine aussi à préparer et à rendre compte de ses voyages, s’adjoignant cependant l’aide d’un jeune secrétaire, Joseph Didelot (1864- après 1900), mais recevant tantôt les encouragements, tantôt les reproches de ses soutiens et éditeurs. A cette rançon de la gloire s’ajoute l’envers du décor, avec des ennuis de santé inhérents au séjour sous les tropiques (anémie et fièvres intermittentes), mais aussi un manque de reconnaissance, matérielle voire scientifique. La Lorraine est alors un refuge, à Nancy, dans le département des Vosges ou surtout à Lorquin : Crevaux s’y sent relégué, en particulier l’hiver quand il fait « un froid de Sibérie », faute de moyens pour séjourner à Paris, les congés de convalescence le faisant rapidement tomber en demi-solde, « comme les grognards de Napoléon » (Archives familiales, Lettre à Maunoir, 29 janvier 1880).

La troisième partie traite de la disparition très médiatisée de la quatrième et dernière mission Crevaux (1881-1882), demeurée mal élucidée, qui pose d’abord la question de la reconversion de l’explorateur, mais aussi de l’évolution de la perception de ce type de figure du XIXe siècle.

A l’été 1881, Crevaux obtient en effet un congé de convalescence d’un an qu’il doit aussi employer à mettre en forme ses récits de voyage. Il envisage parallèlement de se marier, avec Aline L. de Fontenoy-le-Château (Vosges), ainsi que l’obtention d’un poste universitaire en Sorbonne ou au musée du Trocadéro, peut-être pour décider le père de sa belle qui refuse de lui accorder sa main faute d’une situation « convenable ». Dans ce but, il sollicite auprès de la Faculté de Nancy une dispense pour pouvoir présenter le doctorat ès sciences, comme un des ses parents, René Blondlot (1849-1930), sur le point d’être nommé professeur de physique. Crevaux disparaît pourtant moins d’un an plus tard sur les bords du Pilcomayo dans le Gran Chaco bolivien, étant reparti en exploration de manière précipitée et s’étant impliqué bien davantage dans le mouvement d’expansion.

Pour l’expliquer, on évoque à nouveau le désir de revanche. Revanche d’abord contre l’Allemagne et force est de constater que dans cette dernière expédition, deux des quatre compagnons européens de Crevaux sont aussi Alsaciens-Lorrains : Jules Ringel (1855-1882), dessinateur, issu d’une famille d’artistes, et son secrétaire personnel Joseph Didelot, en réalité Jean-François Payeur, qui cherche ainsi à échapper au service militaire allemand (Archives nationales, F/17/2956/1, dossier Payeur-Didelot). Les raisons du retour de Crevaux à l’exploration tiennent surtout à l’échec de ses projets de sédentarisation, et peut-être à une sorte de revanche personnelle. Il dépose en effet sa première demande le 21 octobre 1881, quelques jours après qu’Aline L. ait été marié à un autre, Charles P., plus haut apparenté, puis une seconde le 13 novembre alors que la faculté de Nancy vient de lui signifier une fin de non-recevoir. Il quitte alors Paris le 18 novembre et s’embarque le 20.

Cette quatrième expédition ne paraît cependant pas si précipitée que cela. D’ailleurs, les grands journaux parisiens comme Le Temps annoncent son départ dès le 6 novembre. Elle est surtout d’une ampleur inhabituelle, composée de cinq Européens (l’astronome Louis Billet et le timonier Ernest Haurat également) et dotée de fonds d’un montant exceptionnel de 70.000 francs. Le calendrier est toutefois bousculé par la chute le 10 novembre du ministère Jules Ferry sur la question tunisienne, qui valide cependant la seconde demande alors qu’il expédie les affaires courantes. Il est remplacé par Léon Gambetta le 14 novembre pour son « Grand ministère », ce qui ne remet donc pas en cause le projet. Celui-ci n’est d’ailleurs que scientifique, d’après Crevaux, inspiré par l’amiral Amédée Mouchez (1821-1892), alors directeur de l’observatoire de la Marine de Montsouris, au moment de la réunion à Paris de la grande conférence sur les missions d’observation du passage de Vénus devant le soleil.

Crevaux part cependant à la tête de la « Mission française du Paraguay », fleuve qu’il doit relier à l’Amazone en partant de Buenos Aires, donnant donc une nouvelle dimension à ses explorations puisqu’il s’agit de joindre les deux plus grands bassins hydrographiques sud-américains. Or, deux heures après son arrivée à Buenos Aires, « à la mauvaise saison », il se tourne vers un autre objectif, le rio Pilcomayo, affluent du Paraguay, afin de redonner via l’Atlantique un débouché océanique à la Bolivie qui vient d’en être privée par le Chili dans la guerre du Pacifique (1879-1883). Crevaux a-t-il été grisé par l’accueil triomphal que lui réservent l’empereur du Brésil Pedro II (1825-1891) puis le président argentin, le général Julio Roca (1843-1914) ? Est-il rattrapé par ses amitiés de l’époque du Lamotte-Piquet ? Francisco P. Moreno le met en tout cas en relation avec des propagandistes de cette cause, en particulier l’écrivain et homme politique bolivien Santiago Vaca Guzmán (1847-1896). Crevaux forme alors une véritable expédition de professionnels, encore plus inhabituelle, forte de 17 à 19 membres, dont des marins argentins et des soldats boliviens. Après avoir préparé la descente du Pilcomayo dans la région de Tarija à la mission de San Francisco Solano, l’expédition qui a pris place sur trois embarcations, disparaît sur le territoire des Indiens Tobas (ou Qom-Lik), sans doute massacrée le 24 avril 1882.

Cette disparition fait la une des journaux, d’abord en Amérique du Sud, puis en Europe : « une bien triste nouvelle pour tous les amis de la science », annonce ainsi Le Figaro le 16 juin 1882. Elle inscrit Crevaux dans les pas d’un Francis Garnier (1839-1873), tué au Tonkin, ou du colonel Paul Flatters (1837-1881), massacré dans le Sahara, et de tous les martyrs de la géographie. Certains voient en lui le « Livingstone de l’Amérique du Sud » (Le Courrier de la Moselle, 21 décembre 1882), d’autres le « Stanley de l’Amérique du Sud » (Annales de Géographie, 1892). Des voyageurs, comme Arthur Thouar (1859- après 1913), se lancent à sa recherche. Monuments ou rues lui sont dédiés à Paris, Nancy, Brest ou Lörchingen (Creveauxstrasse) et en Amérique du Sud, où on baptise un Montes Crevaux en Patagonie et fonde la colonia Crevaux sur le lieu supposé de sa disparition. L’éditeur Hachette lui érige un autre monument en réunissant ses récits d’exploration dans les Voyages dans l’Amérique du Sud (1883) et des biographies lui sont consacrées (Voyages et découvertes de Jules Crevaux de Georges Franck, 1884).

La disparition de cet explorateur chevronné soulève l’incompréhension de ses contemporains. « Imprudence, ont dit les uns. Victime d’une trahison, ont répondu les autres », résume Thouar dans un rapport resté alors secret (Archives nationales, F/17/3009/B). Les rumeurs vont bon train dans un Chaco considéré comme une « petite Afrique » ou un Far West de l’Amérique du Sud. Les auteurs, certainement les Tobas s’opposant à la colonisation dont Crevaux accompagné de soldats argentins et boliviens incarne à leurs yeux la figure, n’ont-ils pas été instrumentalisés par le père Doroteo Giannecchini (1837-1900), missionnaire franciscain craignant un mouvement de sécularisation des biens du clergé accusent des habitants de Caiza, petit bourg colonial de la région ? A moins plutôt que ce soient eux les responsables, ayant mené quelques jours plus tôt une expédition punitive contre les Indiens, qui auraient alors exercé leur vengeance sur l’explorateur ? Cependant, « le docteur Crevaux n’a peut-être pas montré en cette circonstance toute la […] circonspection qu’il aurait dû observer », estime aussi Le Petit Républicain de l’Est (29 août 1882). Il a d’ailleurs eu à déplorer un blessé au début de son voyage, peut-être le timonier Ernest Haurat, lorsqu’il voulut forcer l’hospitalité dans la Quebrada de Humahuaca. Toutefois, Crevaux mesure le danger, puisqu’il a renvoyé en France Didelot, trop jeune (qui rejoint en 1883 la mission Brazza dans l’Ouest africain). Cependant, même à Nancy, sa ville d’adoption, le maire François-Adrien Volland (1838-1900) est critique, refusant d’accorder « à la mémoire de Crevaux ce qui conviendrait à un Christophe Colomb » (conseil municipal du 30 novembre 1882), plus cependant pour des questions politiciennes.

En fait, même si l’anticolonialiste Georges Clemenceau voyait en Crevaux un explorateur « paisible », sa disparition est saisie pour faire avancer le mouvement de colonisation rationnelle. Dans le Gran Chaco, c’est le prétexte à la « guerre du Désert » pour le partage de la région entre Etats riverains, au détriment des Indiens, présentés comme des « bêtes féroces », essentiellement au profit de l’Argentine, comme en Patagonie sous la férule du général Roca. En France, l’émotion suscitée ravive l’intérêt de l’opinion publique pour l’exploration (Numa Broc) et elle est utilisée pour demander la création d’un ministère des Colonies (Le Petit Journal, 4 décembre 1882). Crevaux, un des derniers représentants de la géographie héroïque, paraît évoluer à un changement d’époque où il n’a plus sa place, l’explorateur devenant un simple auxiliaire du scientifique et du politique.

Crevaux continue cependant un temps d’être célèbre comme figure civique à destination en premier de lieu la jeunesse et inspire ainsi Jules Verne (La Jangada, 1881 ou Le Superbe Orénoque, 1898) ou encore est évoqué lors des Expositions universelles de 1889 et de 1900. L’héroïsation ne survit pas à la Grande Guerre et aux héros d’un nouveau genre. Toutefois, dans le contexte de la guerre du Chaco (1932-1935) entre Bolivie et Praguay, il apparaît que certains dessins de L’Oreille cassée d’Hergé (1937) reprennent les illustrations du Tour du Monde (tel Milou menacé par un boa comme le chien d’Apatou) et peut-être, tout comme Percy Fawcett, Crevaux pourrait avoir inspiré le personnage de l’explorateur Ridgewell. Après 1945, il reste confiné à la littérature de jeunesse ou est l’objet de racontars censés élucider le mystère de sa disparition, comme ceux de l’ingénieur Roger Courteville (1897- après 1958) affirmant avoir découvert ses dernières photographies (Science et Vie, 1952). Avec le contexte postcolonial, il est même parfois exécré et pâtit également de la déconsidération du genre biographique.

L’évolution historiographique, avec la réhabilitation du rôle de l’individu et une approche nouvelle des mondes lointains, conduit cependant depuis les années 1980 à un regain d’intérêt pour Crevaux en France et en Amérique du Sud qui coïncide avec le centenaire de sa disparition et dans le sillage de travaux pionniers des Nancéiens Jean-Claude Bonnefont (géographe) et Gilbert Percebois (médecin). Il s’accompagne de la réédition de ses récits de voyage aux éditions Phébus (Le Mendiant de l’Eldorado, 1987 ; En radeau sur l’Orénoque, 1989) et d’autres travaux d’historiens, de géographes ou d’anthropologues (Michel Bertrand, Emmanuel Lézy, Francis Dupuy). Son nom s’inscrit à nouveau dans l’espace officiel (Metz, Cayenne) et intéresse le grand public grâce à des expositions (Sarrebourg dès 1998 ; musée du quai Branly). France 3 lui consacre un numéro du magazine « Outremers » (2001), il est évoqué au festival « Etonnants Voyageurs » (Saint-Malo, 2005), par des écrivains (Mathias Enard, Remonter l’Orénoque, 2005) et figure dans des applications ludiques (Labyrinthus ; jeu de rôle en ligne Achéron). Enfin, des expéditions partent sur ces traces en Guyane et au Brésil (« Alabama » en 2001 ; Longin en 2011).

La figure de Crevaux n’est pas simplement ressuscitée, mais reconsidérée (Numa Broc). « Crevaux ? Le type même de l’explorateur que j’évite », affirme d’abord provocateur Michel Le Bris (Dictionnaire amoureux des explorateurs, 2010), avant d’en faire l’éloge. On retient la vision de l’exploration qu’on lui prête et l’éclectisme de ses centres d’intérêt. « Université ambulante » pour Chantal Edel et Jean-Pierre Sicre, « missionnaire du progrès » pour Numa Broc ou écrivain-voyageur pour Pascal Dibie, utilisé aujourd’hui comme témoin d’un passé révolu et pour dénoncer les atteintes faites à la nature et aux cultures premières de l’Amazonie. Dominique Bona voit en lui l’« ancêtre de Lévi-Strauss » (Le Figaro littéraire, 9 novembre 1987). Mais d’autres lui reprochent une vision négative de l’Amazonie qui a contribué à une exploitation inconsidérée ou sa conviction de l’extinction inévitable des cultures amérindiennes et bushinengé. Emmanuel Lézy évoque même une descente aux enfers et une déshumanisation progressive jusqu’à une fuite finale, le dernier voyage. Crevaux pourrait alors être l’incarnation de personnages littéraires tel le Kurtz de Joseph Conrad (1857-1924) ?

Malgré ces visions antagonistes, Crevaux a sa bibliothèque sur le Maroni non loin du buste d’Apatou dans le village créé en 1882 par son fidèle compagnon et qui porte son nom : Apatou est d’ailleurs salué comme un « médiateur interculturel avant la lettre » (Philippe Boré), un progressiste qui soutint le capitaine Dreyfus relégué aux Iles du Salut et protège les bagnards évadés. En Bolivie, Crevaux est le « grand-père » de la communauté villageoise weenhayek (de la même ethnie que les Tobas) qui porte son nom, près de l’ancienne colonia Crevaux, associé à des actions en faveur des Indiens et de l’environnement. Mais là encore, les Indiens et les missionnaires franciscains du père Tarcisio Ciabatti dénoncent leur exploitation par les créoles locaux.

Ainsi, à partir d’un itinéraire individuel, la thèse analyse les conditions sociales et matérielles de production des savoirs scientifiques, à la frontière de nombreuses disciplines. Elle montre la construction d’un parcours et sa richesse par l’insertion dans différents milieux, et la mémoire qui lui est attachée avec sa postérité. L’interdisciplinarité et les jeux d’échelles dans le temps et dans l’espace permettent donc d’éclairer l’évolution de l’historiographie des explorations françaises au XIXe siècle avec un renouvellement des problématiques.

Crevaux permet, en effet, d’évoquer l’importance méconnue de la politique sud-américaine de la France à une époque où l’attention paraît davantage portée sur l’Asie et surtout l’Afrique à travers un personnage décalé, mais dans un autre registre, par exemple, qu’un Elisée Reclus.