POSITION DE THÈSE | Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Elisabeth Pillet, La restauration des vitraux des églises paroissiales de Paris de la Révolution à 1880

Thèse de doctorat soutenue le 1er février 2005 à l’École pratique des Hautes Études, section des sciences historiques et philologiques, devant un jury composé de M. Jean-Michel Leniaud, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, directeur de la thèse, Mme Brigitte Kurmann-Schwarz, chargée de cours H. D. R. à l’Université de Zurich, M. Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’Université de Paris IV, M. Guy-Michel Leproux, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, M. Marc Saboya, maître de conférences H. D. R. à l’Université de Bordeaux III.

Introduction

Les verrières de la capitale, mutilées à l’époque classique puis pendant la tourmente révolutionnaire, acquirent au cours du XIXe siècle un statut d’œuvres d’art qu’il convenait de protéger. C’est cette période essentielle pour la survie d’un patrimoine exceptionnel que nous nous sommes proposé d’explorer. Notre premier objectif était d’apporter une contribution à l’histoire des vitraux anciens de Paris en documentant les restaurations du XIXe siècle, mais nous voulions aussi étudier les hommes et les institutions qui en eurent la responsabilité : leur rôle respectif, les moyens techniques et financiers dont ils disposaient, leurs préoccupations, les doctrines ayant guidé leurs choix, la vision qu’ils avaient eux-mêmes de leur action, ou bien encore le jugement porté sur eux par leurs contemporains. Pour traiter ce sujet, il est vite apparu que les découpages chronologiques traditionnels étaient peu opérants, et qu’il était impossible d’évoquer les restaurations de la deuxième moitié du XIXe siècle sans tenir compte des évènements qui les avaient précédées. Il fallait non seulement retracer la lente redécouverte des techniques du vitrail dans les premières décennies du siècle, mais même remonter plus haut, les pratiques d’entretien régulier par des vitriers de la fin du XVIIIe siècle s’étant prolongées bien au-delà de la Révolution. Quant aux restaurations proprement dites, elles débutèrent en 1845, se développèrent surtout sous le Second Empire, mais connurent un net ralentissement après 1870. La dernière opération réalisée par le peintre verrier Prosper Lafaye entre 1876 et 1879 marquait la fin d’une période et c’est le terme qui fut choisi pour cette étude.

 

Première partie – Le temps des vitriers : l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

I – Les principaux acteurs de l’entretien des vitraux à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années du XIXe siècle

Les grands chantiers de restauration, résultant de la redécouverte de la peinture sur verre dans les premières années du XIXe siècle ont été précédés d’une longue période de dégradation : l’arrêt progressif des commandes de vitraux au XVIIe siècle, qui eut pour conséquence la perte d’un savoir-faire au sein de la corporation des « vitriers et peintres sur verre » et le jugement peu favorable porté au XVIIIe siècle sur les vitraux qui obscurcissaient les églises ont empêché toute restauration importante, ce qui ne signifie pas pour autant que les vitraux aient été laissés à l’abandon : si la peinture sur verre n’était plus pratiquée, la vitrerie était devenue un art à part entière que se transmettaient des vitriers sur plusieurs générations. Aux anciennes dynasties parisiennes, celles des Le Vieil ou des Dor par exemple, vinrent s’adjoindre, à la fin du XVIIIe siècle, des vitriers venus de l’est de la France comme Jean-François Tailleur ou Nicolas et Louis Huin, qui devaient jouer un rôle important dans les premières années du XIXe siècle.

Faute de disposer de verres de couleurs, qui n’étaient pratiquement plus fabriqués, ces vitriers ont utilisé systématiquement une méthode en usage depuis la fin du XVIe siècle, celle du bouche-trou, consistant à remployer des pièces anciennes provenant de verrières supprimées pour remplacer les pièces manquantes ou brisées dans les vitraux que l’on souhaitait conserver. Par contre, l’emploi de la peinture à l’émail comme substitut des verres teints dans la masse a pu exister ponctuellement, mais ne s’est jamais généralisé.

 

II – L’intervention des vitriers pendant la période révolutionnaire

L’état des vitraux parisiens à la veille de la Révolution résulte à la fois de ces méthodes d’entretien et des grandes campagnes d’éclaircissement menées au XVIIIe siècle. Ces dernières avaient eu pour résultat d’enlever souvent toute cohérence aux ensembles vitrés des églises de la capitale, une partie des panneaux peints étant supprimés pour laisser passer davantage de lumière, d’autres regroupés de façon arbitraire, en tenant davantage compte de l’état des verres que de l’iconographie initiale. Les relevés exécutés par le peintre-verrier Prosper Lafaye avant chacune de ses restaurations ont permis de mieux mesurer quel avait été le résultat de ces campagnes qui n’avaient été étudiées jusqu’ici qu’à travers les archives des fabriques. On peut ainsi mieux prendre la mesure de l’ampleur des désordres à réparer et de l’importance des lacunes qui ont dû être comblées au XIXe siècle. La collection de fragments anciens réunie par le même Lafaye et conservée au Musée Carnavalet, où les bouche-trous ont souvent été conservés, fournit également un témoignage sur l’état des vitraux parisiens après près de deux cents ans d’entretien par des vitriers.

Le siècle des Lumières n’en était pas le seul responsable : les verrières des églises de Paris ont aussi été victimes, à la fin du XVIIIe siècle, de l’idéologie. Plusieurs méthodes furent employées pour appliquer les décrets révolutionnaires, certaines destructrices, d’autres moins : par souci d’économie, beaucoup de signes de féodalité furent seulement masqués avec de la peinture à l’huile. En ce domaine, le bilan des dégâts que l’on peut dresser varie beaucoup d’un édifice à l’autre. Pendant la même période, alors que commençait à apparaître un commerce de vitraux, des commissions se mirent en place pour veiller à la conservation de certains d’entre eux. Ceux réunis dans le dépôt des Petits Augustins furent restaurés sous la direction d’Alexandre Lenoir. L’inventaire après décès de Jean-Louis Dor, vitrier du musée des Monuments français, permet de mesurer l’importance de la collection rassemblée, tandis que les mémoires de travaux de son successeur, Jean-François Tailleur, montrent l’émergence d’une nouvelle conception du vitrail, devenu objet de musée destiné à être exposé. Cependant les méthodes de restauration employées par l’un comme par l’autre restèrent dans la tradition des vitriers du XVIIIe siècle.

 

III – Les églises rendues au culte

Au moment de la réouverture des églises, les vitraux étaient dans un état de dégradation inquiétant. Les sociétés de cultes, puis les fabriques durent entreprendre des réparations de façon urgente et sollicitèrent l’aide de l’administration. Celle-ci n’eut pas toujours les moyens de répondre à ces demandes. Cependant, deux arrêtés du préfet Frochot établirent assez rapidement une base réglementaire pour les travaux effectués dans les églises et les placèrent sous la surveillance de ses services.

Les montants de certains mémoires, pour cette période, paraissent élevés, mais pourtant il ne s’agissait probablement que de prévenir la dégradation totale des verrières. La baisse des factures payées par les fabriques après 1810 laisse supposer que celles-ci ont bénéficié, à partir de cette date, d’une participation plus grande de la Ville. De même, si beaucoup de vitriers déjà employés par certaines fabriques avant la Révolution retrouvèrent leur place auprès de celles-ci, un nouvel acteur apparut dès les premières années du XIXe siècle : Louis Huin, vitrier dont les mémoires étaient systématiquement réglés par l’administration. Huin fit, à Saint-Denis, des travaux de vitrerie exceptionnels par leur qualité et par leur coût.

En revanche, les réparations exécutées pendant les vingt premières années du XIXe siècle dans les églises paroissiales de la capitale ne virent apparaître aucune innovation particulière dans les techniques employées : les stocks de pièces anciennes constitués à l’occasion des destructions révolutionnaires fournirent aux vitriers tous les bouche-trous dont ils ne pouvaient toujours pas se passer pour remettre en état une verrière ancienne dégradée.

 

 

Deuxième partie – La redécouverte de la peinture sur verre au service de la restauration des œuvres anciennes (1800-1845)

I – Le renouveau du vitrail – Contexte historique

Le renouveau du vitrail, puis les premières restaurations des verrières anciennes des églises de Paris s’inscrivirent dans un mouvement plus large de redécouverte du Moyen Âge et des techniques du passé. L’un des précurseurs en fut indiscutablement Alexandre Lenoir qui avait commandé des peintures sur verre pour son musée, et qui, dans ce domaine, était considéré par ses contemporains comme un expert. Cependant, c’est à des peintres-verriers anglais que fit appel l’administration parisienne pour faire renaître la peinture sur verre, même si leurs réalisations n’avaient que peu de rapport avec la technique des vitraux anciens.

La redécouverte de celle-ci dépendait en fait de celle de la fabrication des verres de couleur, et tout particulièrement du rouge. Brongniart ouvrit au début du siècle un atelier de peinture sur verre au sein de la manufacture de Sèvres mais celui-ci n’eut jamais vocation à intervenir sur des œuvres anciennes. À la verrerie de Choisy-le-Roi, au contraire, c’est explicitement en vue de la réparation des vitraux des siècles précédents que G. Bontemps, son directeur, chercha à mettre au point un procédé de fabrication du verre rouge. Y étant parvenu, il devint le collaborateur indispensable des premiers grands chantiers de restauration.

 

II – De la réparation à la restauration – La recherche des principes de restauration

À partir des années 1830, l’État mit en place des commissions chargées d’inventorier et de protéger les œuvres d’art. Le comité des arts et monuments, la commission des monuments historiques, puis la commission des arts et édifices religieux entreprirent de définir des principes devant régir la restauration de vitraux. Les sociétés savantes prirent également part à ce débat en publiant de nombreux articles sur la question. Beaucoup préconisaient la plus grande prudence, constatant que nombre de problèmes techniques n’étaient pas encore maîtrisés et que la formation des restaurateurs laissait à désirer. La plupart s’accordaient sur un point, celui de la nécessaire conservation des vitraux par un entretien régulier. Cependant, malgré la méfiance de la majorité des archéologues à l’égard d’interventions plus ambitieuses, certains, comme Léopold Charles ou Raymond Bordeaux, cherchèrent à définir des règles en ce domaine, sur des points qui, il est vrai, ne faisaient guère débat. Les controverses furent plus importantes sur une question qui ne fut jamais réellement tranchée : celle du type de compléments à apporter aux vitraux anciens lorsqu’ils présentaient des lacunes importantes.

 

Troisième partie – Les grands chantiers parisiens de restauration (1840-1870)

I – Le contexte historique

La présence du comte de Chabrol à la tête de la préfecture de la Seine de 1812 à 1830 avait ouvert une période faste pour l’architecture religieuse. Ses successeurs, notamment Rambuteau (1833-1848) puis Haussmann (1853-1870) poursuivirent cette politique. De nombreux édifices virent alors le jour, mais les églises anciennes n’en furent pas négligées pour autant. À partir de 1839, sous l’impulsion de l’abbé Demerson qui venait d’offrir à Saint-Germain l’Auxerrois la copie d’un vitrail de la Sainte-Chapelle, la Ville de Paris entreprit à son tour de les doter de nouveaux vitraux. Elle lança aussi un programme de restauration de grande envergure sur des vitraux du XVIe siècle, ceux de la chapelle de la Vierge de Saint-Gervais : il s’agit du premier grand chantier mené en ce domaine dans une église paroissiale de la capitale, et on peut le considérer comme une réussite. Cependant, l’expérience n’eut pas de suite immédiate. À cette première opération succéda au contraire une période de tâtonnements (1844-1848), avant que ne s’engagent les grandes campagnes de restauration entre 1850 et 1870. Celles-ci, stoppées par la guerre de 1870, ne retrouvèrent jamais par la suite leur rythme antérieur, si bien qu’un certain nombre de verrières parisiennes durent attendre le siècle suivant pour être remises en état.

II – L’organisation administrative

L’administration municipale, considérant que les édifices religieux faisaient partie du domaine de la Ville et que beaucoup présentaient un grand intérêt artistique, avait pris en charge leur entretien. Plusieurs organismes étaient chargés de l’organisation et de la surveillance des travaux, notamment la commission mixte des édifices religieux, le service des travaux d’architecture et des beaux-arts et la commission administrative des beaux-arts. Pendant cette période, les fabriques, qui participaient financièrement aux créations de vitraux, semblent n’avoir quasiment pas pris part aux restaurations.

L’examen des sommes affectées régulièrement par la Ville à celles-ci fait apparaître des montants relativement modestes si on les compare aux autres travaux de décoration ou même d’entretien des édifices religieux. On constate surtout que le prix d’une restauration varie essentiellement en fonction des compléments qui sont demandés au peintre-verrier : il était beaucoup plus coûteux de refaire complètement un panneau, même en très mauvais état, que de le réparer, ce qui a certainement contribué à sauver beaucoup de verrières anciennes à Paris. L’administration municipale finançant entièrement les travaux, ceux-ci étaient donc exécutés sous son autorité. Les peintres-verriers chargés du chantier étaient désignés par arrêtés préfectoraux. Ils étaient tenus de fournir des devis précis et des relevés avant restauration, et étaient placés sous l’autorité directe de Victor Baltard. La commission des beaux-arts pouvait également intervenir dans le choix des artistes, mais elle exerçait surtout un contrôle sur les travaux.

On peut distinguer parmi les travaux de restauration menés par la Ville deux sortes d’interventions : les réparations ponctuelles pour sauver un vitrail menaçant ruine et les opérations d’ensemble où se manifestait la volonté de rétablir l’ensemble du décor vitré d’un édifice. Dans le premier cas, l’administration pouvait faire appel simplement à un vitrier, dans le deuxième c’est nécessairement un peintre-verrier qui était chargé d’exécuter les compléments.

 

III – Les peintres sur verre restaurateurs

En 1845, Prosper Lafaye proposa ses services pour restaurer les vitraux de la capitale. Peintre de formation, il s’était acquis une réputation en travaillant pour le musée historique de Versailles, puis en se faisant connaître par des peintures de genre. Son goût pour les nouveautés l’avait même poussé un temps à s’intéresser à la photographie. En 1845, associé aux Veissière, peintres-verriers originaires de Bourgogne, il fut, sans succès, candidat à la restauration des vitraux de la Sainte-Chapelle, mais sut mettre à profit son échec en se présentant par la suite comme le spécialiste du vitrail civil et des vitraux des XVe et XVIe siècles, souvent négligés par ses concurrents. Soutenu par le chimiste Chevreul, qu’il avait su convaincre, il réussit à s’imposer auprès de Baltard dans le domaine de la restauration. Dès lors, il obtint un quasi-monopole sur les travaux dans les églises paroissiales de Paris, sur lesquels il travailla en collaboration avec sa femme Sophie Coppée et avec le vitrier de la Ville de Paris, Charles Denis.

Une timide concurrence n’apparut sur les chantiers parisiens qu’à la fin des années 1850, pour culminer en 1868, année au cours de laquelle des travaux furent confiés à l’atelier Gsell-Laurent, à Joseph Félon et à Édouard Didron. Mais le choix de ces peintres-verriers avait été motivé par l’importance des compléments à réaliser sur les verrières anciennes, l’administration ayant pris le parti de s’adresser à eux en raison de leur réputation de créateurs plus que de restaurateurs. Par la suite, Lafaye retrouva sa situation dominante, mais les chantiers de restauration se raréfièrent au début de la IIIe République. La dernière opération qu’il réalisa entre 1876 et 1879 marquait la fin d’une période, les travaux qui eurent lieu par la suite n’étant réalisés ni dans le même esprit, ni avec les mêmes acteurs.

 

 

Conclusion

Le bilan des restaurations dans les églises de Paris est loin d’être négatif pour les hommes du XIXe siècle : les relevés avant restauration montrent que la plupart des vitraux étaient, au milieu du siècle, dans un état très préoccupant. Or, peu d’entre eux ont disparu depuis et, si l’on peut regretter que certains compléments ne soient pas de la même qualité que les parties anciennes, il est indiscutable que l’intégrité de celles-ci a été, dans l’ensemble, respectée. Les fabriques parisiennes et, surtout, l’administration de la Ville ont indiscutablement entretenu puis restauré les verrières des églises paroissiales de la capitale, avec les moyens techniques de leur époque, mais sans retard par rapport aux grands chantiers menés par l’État dans les édifices diocésains.

 

Cette thèse a été publiée sous le titre Le vitrail à Paris au XIXe siècle. Entretenir, conserver, restaurer, Rennes, P.U.R, 2010, 344 p.