Séminaire de Judith Lyon-Caen, EHESS, 2014-2015

Programme du séminaire de Judith Lyon-Caen, maître de conférences à l’EHESS, 2014-2015

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 29 mai 2015

Les recherches présentées dans ce séminaire portent sur trois questions fortement articulées :

1) les usages sociaux et politiques de la littérature, principalement au XIXe siècle ;

2) l’histoire des liens entre l’expérience sociale et historique et la production d’écrits conçus et reçus comme « littéraires » au XIXe siècle et au XXe siècle ;

3) de façon plus globale, les relations entre littérature et sciences humaines et sociales dans l’histoire.

Les questions portant sur la valeur documentaire et testimoniale de la littérature, la réflexion sur la qualité spécifique des « savoirs littéraires » sont considérées non pas seulement comme des questions méthodologiques mais comme des objets d’histoire, des objets pour l’histoire. On propose ainsi une histoire des usages de la littérature, qui articule l’étude des formes d’action par l’écriture et celle des lectures, des appropriations, des savoirs sur les écrits conçus, reçus, qualifiés comme « littéraires » au XIXe siècle et au XXe siècle. On cherche ainsi à dégager des modes historiquement et socialement situés de production de la croyance en la « vérité de la littérature » – c’est-à-dire en la puissance de figuration, de représentation, de description ou d’intervention des écrits littéraires.

En 2014-2015, on s’intéressera dans un premier temps aux figurations de l’expérience érotique et intime dans des écrits et des images du XIXe siècle. Une série de séances sera consacrée à l’histoire des écritures du social (enquêtes, récits de vie, romans de mœurs, littérature panoramique), dans une longue durée que justifie le regain d’intérêt actuel pour les formes de “démocratie narrative”. En variant les échelles, on poursuivra l’exploration des formes de mobilisation, de politisation et de dépolitisation de la littérature autour de 1848, dans ce temps qui a été souvent perçu comme celui de l’engagement et du repli. On s’intéressera enfin à la réflexivité sociale de la littérature au XIXe siècle, à partir du cas d’un écrivain « inconnu », Camille Bernay, qui fera l’objet d’un travail collectif.

Programme

7 novembre 2014. Introduction. Littérature et histoire de l’expérience , XIXe -XXe siècles.

21 novembre 2014. De quoi les écrits sont-ils les traces ? L’érotique et l’intime (1). Barbey d’Aurevilly.

5 décembre. Réflexions sur la « culture érotique » du premier XIXe siècle.  Avec la participation d’Alain Corbin.

19 décembre. L’érotique et l’intime (2) : les tourments de « l’âme romantique ».

16 janvier 2015. « Sous les toits », le cas Camille Bernay (1). Expérience sociale et écriture littéraire à Paris au début des années 1830.

30 janvier. Lectures de la « littérature panoramique », de Walter Benjamin à Pierre Rosanvallon.

6 février. « Mœurs de l’atelier » : romans du travail au XIXe siècle.

20 février. Samuel Hayat (CNAM), « Etudier les pratiques intellectuelles ouvrières au XIXe siècle ».

pas de séminaire le 6 mars

20 mars. « Raconter la vie » : romans de mœurs et écritures du social en perspective, XIXe-XXIe siècles (avec Pauline Peretz, sous réserve)

3 avril. « Sous les toits », le cas Camille Bernay (2). L’auto-sociologie littéraire.

17 avril. Micro-histoire et micro-analyse littéraire : retour sur La Vengeance d’une femme (Barbey d’Aurevilly)

15 mai. François Vanoosthuyse (Paris III), sur la politique de Stendhal (titre à préciser)

29 mai. Travaux d’étudiants.

5 juin. Bilan